Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 17:55

Les Wampas, Izia, Syd Matters, Stuck in the Sound
et Anthony Joseph and the Spasm Band ce week end à l'Hippodrome de Longchamp...




Solidays, ça brasse large et c’est normal. On y vient pour le soleil, pour une chouette ambiance et un peu quand même aussi parce que le sida, il ne passera pas par nous.. Noble cause oblige, c’est un festival qui ne s’encombre pas de cohérence esthétique, plus proche dans son esprit de la Fête de l’Humanité (ses stands, ses pétitions, ses manèges, sa bouffe de tous les pays, ses jeunes à dreadlocks) que de Villette sonique. À Solidays, on chante Bella Ciao et Hasta Siempre Comandante avec les sympathiques Mouss et Hakim, on ne peut pas faire trois pas sans tomber sur un concert de reggae. Et cette jeunesse-là, habillée trop large dans ses ponchos et ses fringues ethniques, elle continue, bien campée dans ses sandales, de résister à la dictature du slim, du tee-shirt moulant et de la Converse vintage.

Pas si rock Solidays, dans le fond, mais consensuel, lisse, plutôt bon enfant. On le sait en y allant. Il n’y a donc pas lieu d’être déçu. D’autant que les toilettes y sont d’une propreté ahurissante (à notre tour, à l’instar de chaque artiste se produisant durant ces trois jours, de remercier-les-bénévoles – voilà c’est fait). Et puis à la fin du week-end, c’est Manu Chao qui nous dit au revoir car Solidays, ouais, c’est alter à donf. Mais, nous, faut pas déconner, on est déjà dans la navette du retour, parce que, bon, à quoi ça sert de voir Manu (oui, à Solidays, tout le monde le connaît intimement et l’appelle Manu) quand tout ce qui nous intéresse dans son répertoire, c’est le boulet Mano Negra qu’il se traîne depuis des lustres et qui fait que, malgré d’ennuyeux albums solo, on continue à bien l’aimer quand même… D’ailleurs, on n’aura pas été voir non plus la carte blanche à Kool Shen parce que, franchement, ce qui nous bottait, c’était NTM, et que sans JoeyStarr, bon…
En tête de gondoles, du coup, The Do, Keziah Jones ou Izia, en ambassadeurs d’une variété rock "de qualité", étaient bien à leur place à l’Hippodrome de Longchamp (comme Patrice, l’an dernier, tiens…). Le genre d’artistes qu’on voit à la télé, estampillé Taratata, tout comme ceux que l’on voulait à tout prix éviter (Benabar, La Grande Sophie, Sinsemilia, Ayo, ce genre…). Et ce n’est pas leur faire injure que de préciser que chacun excella dans son registre – attendu – sans bouleverser, sans surprendre.
Keziah Jones a ainsi compris que son dernier disque était vraiment trop paresseux et mit plutôt en avant des morceaux de son splendide Black Orpheus. Le guitariste nigérian s’avère certes toujours aussi poseur, légèrement agaçant, mais sa reprise toute personnelle de All Along the Watchtower, ni hendrixienne ni dylanienne, fut l’un des moments les plus enthousiasmant du week end. Enfin, après mon sandwich aux falafels du samedi soir.
The Do, je ne sais pas, j’aime assez leur album fourre-tout, mais les nouveaux morceaux, plus mollassons, n’augurent pas du meilleur pour un prochain opus. Mais, bon, peut-être ai-je cette impression juste parce que j’étais, durant leur set, vautré dans l’herbe et somnolent… Ben oui, à un moment donné, il faut savoir s’arrêter de courir d’une scène à l’autre. On n’a plus vingt ans, quoi !
Sinon, le dernier jour il y eut Izia, qui, objectivement, avait tout pour me plaire (fille de son père, références heavy rock seventies, guitare SG, charisme indiscutable), mais pour qui un je-ne-sais-quoi de convenu, de formaté – un manque d’originalité surtout – m’empêchèrent d’adhérer complètement à sa prestation électrisante. C’est en tout cas un euphémisme que d’écrire que la petite fille que son père chantait il y a près de vingt ans dans Ce qui est dit doit être fait a mis le feu au festival…
Toutefois, si Izia connaît sa Janis sur le bout des doigts, le rock français à Solidays, ce furent surtout les excellents Stuck in the Sound qui l’incarnèrent le mieux le vendredi, puis les Wampas, bien évidemment, le dimanche. Didier Wampas est toujours aussi mal fringué et le vingtième degré sied toujours aussi bien à son gang tout droit issu d’une BD rock régressive. Les Wampas en live, c’est du cartoon, du cirque punk pour rire dont on ne se lasse pas. Des Bottes rouges à Ce soir c’est Noël en passant par C’est l’amour ou un Manu Chao de circonstance, le groupe "qui a inventé le rock & roll" s’est encore imposé comme champion toutes catégories de la prestation live sans filets, Didier proposant même, avec son micro dans le falzar, une toute nouvelle illustration de ce que peut être un instrument percussif.
Et puis il y eut aussi, pour le meilleur, Syd Matters et ses harmonies pop au bon goût assez irrésistible ainsi que Poni Hoax et son post-rock dansant et adulte, bizarre anomalie dans une programmation ne tolérant qu’exceptionnellement des chanteurs au crâne si désavantageusement dégarni et au costume si bien coupé. Vraiment classe, ce groupe évoquant parfois un Joy Division matiné de disco, qui, jadis, accompagna Jeanne Balibar pour la tournée consécutive à son deuxième album solo, et qui, à Solidays, nous changea un peu des branleurs ou des gravures de mode faisant habituellement vendre des disques et des posters.
On passe vite sur l’escroquerie Internet que sont les Naive New Beaters et sur les plaisants Ting Tings, découverts ici-même l’an dernier, mais que l’on ne revit pas ce coup-ci car on avait mieux à faire sur une autre scène. Samedi, à 23 heures, Anthony Joseph, performer bondissant (voir ici la chronique de son album par G.T.), donna en effet un concert fabuleux, entouré de ses six musiciens (dont trois percussionnistes tout de même). Soit une heure pour définir enfin ce qu’est le groove (ce truc essentiel que Stephanie McKay – une sous-Macy Gray bien consensuelle programmée l’après-midi même – aurait dû un peu réviser). Beau cadeau, le groupe d’Anthony Joseph fut même rejoint au rappel par un Keziah Jones inhabituellement humble.
Alors, comme on dit à la fin d’un festival, rendez-vous en 2010. Ou pas.



Bonus Track : tout un concert d'Anthony Joseph and the Spasm Band filmé à l'Olympic de Nantes le 24 avril dernier, ici.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ska - dans Instantanés
commenter cet article

commentaires

Magiclilive 16/07/2009 12:34

Ah, Stuck In The Sound c'est également pour moi le gros truc français du moment. Ils seront de nouveau à Orléans le 09 octobre 2009. Passe les voir, je t'offrirai une bière après le concert, enfin si t'es sage !

D&D 09/07/2009 01:51

Bah, t'inquiète pas, avec le recul, ça passera vite cette occupation médiatique de MJ. Même les morts se consomment vite maintenant.

Thom 06/07/2009 19:04

(entre nous les Wampas dans un festival, c'est quand même le plus sûr moyen de tuer l'affiche... après les Wampas, personne ne passe...)

arbobo 03/07/2009 11:56

vois-tu, si c'est pour bouffer du "manu", des Wampas et du Stuck, je préfère une rediff MJ :-)mais peut-être que les stucks sur scène donnent mieux que sur disque, où leur son est bien repassé comme une chemise de serveur de brasserie.

klak 02/07/2009 21:15

oui oui ça avait l'air sympa tout ça, mais bon, t'as quand même loupé 3 jours de michael jackson ...

7and7is : les livres

Recherche Sur 7And7Is

Articles Récents

  • Christine, le retour (... de John Carpenter)
    Video directed by John Carpenter. The theme for "Christine" is available as a part of John Carpenter's 'Anthology: Movie Themes 1974-1998,' out October 20 on Sacred Bones Records. Preorder: http://hyperurl.co/Anthology Director: John Carpenter Producer:...
  • Souvenirs de Twin Peaks
    Année scolaire 1990/91. Elle commence par un film, elle finit par une série. Je suis au lycée, en première. Cette année scolaire-là, ça ne trompe pas, je rencontre deux amis qui comptent encore aujourd'hui parmi mes plus chers. Et par ricochet deux autres,...
  • Dans le viseur de John McTiernan
    A cat, a sniper... What could possibly go wrong? Watch the new Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands Live action trailer. Available on March 7th, 2017 on PS4, XBOX ONE and PC Register for the Beta on http://www.ghostrecon.com/betacat and be the first to...
  • La basse de Simon Gallup et autres considérations...
    Quelques souvenirs épars du concert de The Cure à l'Accor Hotel Arena mardi 15 novembre... La basse de Simon Gallup (dont le nom aux sonorités élastiques le définit si bien) qui, sur un Primary nerveux, fait vraiment trembler l’Accor Hotel Arena... Friday...
  • Sur une réouverture...
    Ainsi, on l’a appris ce matin, Sting jouera le 12 novembre, veille de la date-anniversaire que l’on sait, au Bataclan. Sting, c’est bien, c’est un symbole fort, un artiste « populaire », une star, l’ancien leader de... Police (ce qui, ironiquement, devrait...
  • Tim Burton, celui qui se souvient de ses vies antérieures
    À propos de Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton À défaut d’être un grand film (il n’en a pas signé depuis vingt ans, n’en signera sans doute plus), le nouveau Tim Burton est, une fois n’est pas coutume, un objet passionnant, paradoxal,...
  • City Lights de Michel Gondry, Eloge de la candeur
    A propos de City Lights, un clip de Michel Gondry pour The White Stripes Quand on regarde le nouveau clip de Michel Gondry réalisé pour les White Stripes (ou plutôt, pour être juste, pour l’album rétrospectif et acoustique de Jack White, sorti la semaine...
  • Bruce Springsteen & the E Street Band, Accor Hotel Arena, 11/07/2016
    C’est à croire qu’il se passera presque toujours quelque chose d’exceptionnel à un concert de Bruce Springsteen avec le E Street Band, un truc singulier qui fera qu’on s’en souviendra très précisément à chaque fois. En 2003, au Stade de France, c’était...
  • Y retourner...
    Je sais, on ne se parlait plus trop ces derniers temps. Mais hier soir, il faut que je vous dise, je suis retourné à un concert. Un concert sans interruption, sans balles qui claquent et sans odeur de poudre. Et si mes oreilles ont sifflé encore un peu...
  • Les clips en plan-séquence
    A la demande d'Upopi, portail pédagogique de Ciclic (livre, image et culture numérique en région Centre), j'ai écrit et monté un sujet autour du plan-séquence dans le clip. Où les lecteurs habitués de 7and7is retrouveront certaines idées développées par...