Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 novembre 2006 2 28 /11 /novembre /2006 02:55

Vendredi dernier, Philippe Katerine était l’invité inattendu de l’émission de « prime time » de la Star Academy. Une consécration sans doute et la confirmation d’un malentendu dont il aurait tort de ne pas jouer… Depuis quelques mois, depuis l’étrange succès de Robots après tout, plus rien ne surprend de sa part. Il va chez Cauet, il passe au Zénith en mars 2007, les enfants adorent ses chansons. Bon, admettons… Ceci dit, on s’étonne déjà un peu moins de sa participation à la Star Academy lorsqu’on sait qu’il est sous contrat avec Universal…

Vendredi soir, donc (je me suis renseigné a posteriori), les autres invités avaient pour noms Chimène Badi, Nadiya, Patrick Fiori et Mireille Mathieu, soit un condensé d’horreur contemporaine susceptible de mener à l’implosion suicidaire n’importe quel téléviseur… J’ai vu Katerine et son groupe au moment où j’allumais le mien et, encore une fois, ce fut une bonne surprise. Une vraie prise d’otage. Une grenade dégoupillée. Un groupe incendiaire. Et un lisse candidat – un certain Jean-Charles – tentant d’assurer pour le duo mais faisant bien pâle figure face à un Katerine totalement décomplexé. On se rendit surtout compte qu’il était fondamentalement impossible pour quelqu’un d’autre de chanter de tels textes (surtout ce Louxor, j’adore explicitement con). Si ça passe, c’est parce que Katerine les chante. C’est un ensemble. Sa voix. Sa gestuelle. Sa dérision. Son look.

De plus en plus, les outrances vestimentaires de Katerine, son mauvais goût assumé, rappellent les grandes heures du glam-rock. Sur le plateau pépère de la Star Academy, la formule rock mise en place avec les ex-Little Rabbits il y a désormais un an confinait presque au punk. C’est dire. Sur scène en tout cas – et jusqu’au prochain album – Katerine ne se conjugue plus qu’au pluriel. Et ce n’est plus un chanteur que l'on voit, c’est un groupe énorme. Des musiciens qui, à la fin, lâchent leurs instruments, se barrent sans demander leur reste, pas dupes, alors qu'un sinistre animateur tiré à quatre épingles croyait à son tour pouvoir faire joujou avec eux comme il tournait ses pages de pub (voir ce moment pitoyable, à l’issue de la chanson, où il se piqua lui aussi de « couper le son » et où il fut juste pathétique).

On imagine avec délectation la stupeur de certains téléspectateurs face aux fous furieux maquillés, emperruqués et travestis qui investirent la scène en compagnie de majorettes. Et, en même temps, on se dit aussi, un peu effrayé, que la machine médiatique digère tout, que plus rien ne fait sens, que le public qui applaudissait Nadiyah ou Chimène Badi s'est aussi trémoussé au son de Louxor, j’adore.

Je suis allé faire un tour sur des forums internet liés à la Star Academy par curiosité. Finalement, on y parle beaucoup plus de Katerine que de Mireille Mathieu. Certains ont même été tellement interloqués par cet énergumène qu’ils ne connaissaient pas qu’ils déclarent avoir envie d’écouter ses disques. C’est déjà ça...

 

La prestation de Katerine est visible ici.

Repost 0
Published by Ska - dans Instantanés
commenter cet article
19 octobre 2006 4 19 /10 /octobre /2006 19:37

No Disc - Babalù - Paris - mardi 17 octobre 2006

Repost 0
Published by Ska - dans Instantanés
commenter cet article
18 octobre 2006 3 18 /10 /octobre /2006 00:05
Repost 0
Published by Ska - dans Instantanés
commenter cet article
28 septembre 2006 4 28 /09 /septembre /2006 08:36

Juin 2004. La reformation inespérée d'un groupe légendaire.
Après la première partie, les roadies s'activent. Tout est normal. Le Zénith de Paris est surpeuplé. Comme toujours, les gens discutent, sirotent leurs bières. Les lumières sont allumées. Rien ne peut arriver. C'est toujours long ce moment. On prend son mal en patience. On a déjà un peu mal au dos. Du coin de l'œil, distraitement, j'aperçois quatre types débouler sur scène. Les techniciens venant une énième fois vérifier les instruments... Pourtant, l'un d'entre eux ressemble à Iggy Pop. Il se dirige vers le micro. Il est torse nu. Le trouble n'a duré qu'une fraction de seconde. C'est Iggy Pop ! Personne ne regarde, peu ont remarqué l'irruption des quatre hommes, les gens discutent toujours. Et les lumières restent allumées. Rien ne peut arriver... Malgré tout, Ron Asheton, dans l'indifférence générale, balance les premiers accords de Loose. Toutes les têtes, soudain, se tournent vers la scène, quelques milliers de personnes conscientes d'avoir raté l'essentiel ? Les lumières restent allumées. Pourtant c'est en train d'arriver : Iggy and the Stooges jouent à Paris.

D'un acte anodin, par le simple refus du cérémonial marquant le début d'un concert, les Stooges rassuraient d'emblée sur une éthique punk toujours intacte. Bien sûr, les lumières éclairant la fosse ont fini par s'éteindre, mais ce sont surtout ces quelques secondes qui me restent en mémoire.

Repost 0
Published by Ska - dans Instantanés
commenter cet article

7and7is : les livres

Recherche Sur 7And7Is

Articles Récents

  • Christine, le retour (... de John Carpenter)
    Video directed by John Carpenter. The theme for "Christine" is available as a part of John Carpenter's 'Anthology: Movie Themes 1974-1998,' out October 20 on Sacred Bones Records. Preorder: http://hyperurl.co/Anthology Director: John Carpenter Producer:...
  • Souvenirs de Twin Peaks
    Année scolaire 1990/91. Elle commence par un film, elle finit par une série. Je suis au lycée, en première. Cette année scolaire-là, ça ne trompe pas, je rencontre deux amis qui comptent encore aujourd'hui parmi mes plus chers. Et par ricochet deux autres,...
  • Dans le viseur de John McTiernan
    A cat, a sniper... What could possibly go wrong? Watch the new Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands Live action trailer. Available on March 7th, 2017 on PS4, XBOX ONE and PC Register for the Beta on http://www.ghostrecon.com/betacat and be the first to...
  • La basse de Simon Gallup et autres considérations...
    Quelques souvenirs épars du concert de The Cure à l'Accor Hotel Arena mardi 15 novembre... La basse de Simon Gallup (dont le nom aux sonorités élastiques le définit si bien) qui, sur un Primary nerveux, fait vraiment trembler l’Accor Hotel Arena... Friday...
  • Sur une réouverture...
    Ainsi, on l’a appris ce matin, Sting jouera le 12 novembre, veille de la date-anniversaire que l’on sait, au Bataclan. Sting, c’est bien, c’est un symbole fort, un artiste « populaire », une star, l’ancien leader de... Police (ce qui, ironiquement, devrait...
  • Tim Burton, celui qui se souvient de ses vies antérieures
    À propos de Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton À défaut d’être un grand film (il n’en a pas signé depuis vingt ans, n’en signera sans doute plus), le nouveau Tim Burton est, une fois n’est pas coutume, un objet passionnant, paradoxal,...
  • City Lights de Michel Gondry, Eloge de la candeur
    A propos de City Lights, un clip de Michel Gondry pour The White Stripes Quand on regarde le nouveau clip de Michel Gondry réalisé pour les White Stripes (ou plutôt, pour être juste, pour l’album rétrospectif et acoustique de Jack White, sorti la semaine...
  • Bruce Springsteen & the E Street Band, Accor Hotel Arena, 11/07/2016
    C’est à croire qu’il se passera presque toujours quelque chose d’exceptionnel à un concert de Bruce Springsteen avec le E Street Band, un truc singulier qui fera qu’on s’en souviendra très précisément à chaque fois. En 2003, au Stade de France, c’était...
  • Y retourner...
    Je sais, on ne se parlait plus trop ces derniers temps. Mais hier soir, il faut que je vous dise, je suis retourné à un concert. Un concert sans interruption, sans balles qui claquent et sans odeur de poudre. Et si mes oreilles ont sifflé encore un peu...
  • Les clips en plan-séquence
    A la demande d'Upopi, portail pédagogique de Ciclic (livre, image et culture numérique en région Centre), j'ai écrit et monté un sujet autour du plan-séquence dans le clip. Où les lecteurs habitués de 7and7is retrouveront certaines idées développées par...