Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 17:03

photos-culture-cinema-serge-gainsbourg-vie-heroique-en-imag.jpgLe film que Joann Sfar consacre à Serge Gainsbourg n’est pas un mauvais film, c’est surtout un film ambitieux mais raté, qui, ne sachant vraiment sur quel pied danser, se condamne d’emblée à l’échec. À la vision du film, on demeure pourtant assez surpris qu’un tel projet ait pu se monter (qui plus est s’agissant d’un premier film) tant les intentions de Sfar, excellentes mais diffuses, ne suffisent jamais à contaminer complètement un scénario, qui, dans sa deuxième partie principalement, finit par tomber dans l’écueil de l’illustration vaine, de l’imitation, et du postiche pour tout horizon de jeu.

C’est vraiment dommage car la première heure, pourtant bourrée de défauts, emporte plutôt l’adhésion : c’est l’enfance pendant la guerre, l’apparition du double enraciné dans la propagande anti-juive, la jeunesse bohème de Lucien Ginsburg, apprenti-peintre et pianiste de bar, les premières chansons écrites pour d’autres (la savoureuse séquence avec les Frères Jacques, la belle intuition fantastique juste avant la rencontre avec la féline Juliette Greco). Durant cette première heure, Sfar, le dessinateur de BD, est bel et bien là, se permettant des scènes si gonflées qu’on leur pardonne des maladresses passagères (Yolande Moreau en Frehel, était-ce vraiment nécessaire ?). Durant cette première heure, Eric Elmosnino est, c’est vrai, épatant. C’est que les années 50 et le début des années 60 de Gainsbourg sont, pour nous, moins documentées, que les images filmées en sont plus rares que pour les deux décennies suivantes. Du coup, le comédien a du champ pour jouer, on se moque de la ressemblance, encore plus de la vraisemblance. Le film s’apparente alors à une rêverie où les éléments biographiques avérés, les mensonges et la fantaisie totale se mêlent. La fiction s’en porte d’autant mieux… Peut-être Sfar n’aurait-il pas dû filmer le Gainsbourg d’après… Ou peut-être aurait-il dû s’affranchir de la chronologie, en rester à un assemblage impressionniste…

Las ! Dès lors que le film doit devenir plus raccord avec le personnage public, les archives audiovisuelles et la mythologie afférente, il s’enlise. À la moitié du film, les maigres articulations narratives entre les époques deviennent mécaniques, voyantes et incombent surtout à la succession métronomique des égéries (France Gall, Brigitte Bardot, Jane Birkin puis Bambou), plus jamais à la musique, à l’itinéraire de l’artiste. Dans le récit, le chanteur cède clairement la place au séducteur et le parcours musical passe au second plan. Pourquoi pas, c’est un parti pris, mais comme le film veut aussi remplir le cahier des charges jusque dans ses marges, il se fait catalogue servile, petit précis de fétiches, boulevard, surtout, pour les courtes performances d’actrices succombant sous le poids des clichés. Laetitia Casta et Lucy Gordon viennent singer leur modèle et ce n’est vraiment pas très heureux (palme de l'embarras face à Laetitia Casta ne réussissant à créer la moindre distance par rapport à un modèle si archétypal – BB – que la moindre des choses eût été de le malmener plutôt que lui servir la soupe).

Dans la deuxième heure de Gainsbourg (vie héroïque), l’absente de marque, c’est la musique. On ne cesse de l’entendre, mais on ne la comprend jamais. On est bien loin des jolies intuitions du début où Sfar filmait un duo imaginaire entre Boris Vian chantant Je bois et Gainsbourg chantant Intoxicated Man en dépit de tout bon sens chronologique. Je t’aime moi non plus est réduite à un sketch pour Chabrol qui cachetonne, on fait l’impasse totale sur Histoire de Melody Nelson, sur le cinéma de Gainsbourg et il ressort de ceci une sorte d’affadissement assez regrettable puisque gommer cela c’est aussi nier les propositions les plus provocantes du chanteur… Passé 1966, les chansons deviennent juste des signes de reconnaissance, les marqueurs du temps qui passent, mais jamais ne seront évoqués ces moments où Gainsbourg est passé de la chanson à la pop, de la pop au reggae, ou du reggae au funk… On ne demandait surtout pas au film d’être didactique, mais il gomme si vite les années séparant Chez les Yéyés des Sucettes qu’il semble en permanence effleurer son sujet. Ainsi en va-t-il de la piste passionnante de la Lolita dévoyée, topoï gainsbourien en diable expédiée en une séquence hilarante mais définitivement trop courte pour convaincre vraiment (on se demande d’ailleurs ce qu’en pense France Gall…). Le plus raté peut-être c’est aussi de voir soudain Gainsbourg en Jamaïque et que cela soit imposé comme une donnée que l’on doit accepter d’emblée, qui ne sera jamais questionnée. Il est évident que Sfar, à ce moment-là, ne sait comment traiter l’irruption du reggae dans son récit et dans le cours de la vie de son personnage, que tout ce qui l’intéresse  au fond (et c'est légitime) c’est d’en arriver à l’enregistrement de La Marseillaise, séquence qui lui permettra de filmer l’épisode des paras à Strasbourg, de la vente aux enchères du manuscrit original et d’exhumer quelques mots scandaleux écrits dans le journal par le sinistre Michel Droit.

Il y a clairement deux films – l’un bon, l’autre pas – dans ce Gainsbourg (vie héroïque) et la séquence la plus pertinente l’est peut-être involontairement, vers la fin : Gainsbourg est seul au bar d’une boite de nuit, un mec bourré l’aborde et lui lâche qu’il l’a vu hier dans les Guignols, alors il commence à l’imiter comme l’imitait jadis Patrick Sébastien. Sous le grimage, sous la barbe de Gainsbarre, l’acteur Elmosnino a abdiqué, la marionnette l’a emporté. L'homme et son double ne font plus qu'un, se mélangent. Le cliché est roi. Dans ce repli d’une scène anodine, Sfar semble nous concéder qu’il sait la vanité de son projet, qu’il ne peut plus, à ce moment-là, contaminer de ses rêveries l’image que Gainsbourg avait patiemment construit de lui-même, qui au final l'a dévoré. C’est la limite d’un film parfois très beau, mais le plus souvent douloureusement entravé…


Partager cet article

Repost 0

commentaires

G.T. 21/02/2010 18:14


Quoi ? Rien sur l'Histoire de Melody Nelson ? Alors c'est décidé, après avoir plusieurs fois hésité, j'ai enfin trouvé une vraie bonne raison de ne pas y aller...


Ska 11/02/2010 16:51


Ah, tiens ? Tu es finalement plus indulgent que moi... :-)
Moi, ça me dérange vraiment l'imagerie d'Epinal qui commence à mollement dégouliner à l'arrivée de Bardot... Sinon, c'est vrai - et on n'en parle pas beaucoup - que l'utilisation de la musique, les
nouveaux arrangements, c'est pas mal... Ainsi, j'aime bien le traitement du premier infarctus sur L'hôtel particulier revisité par les guitares de Zone libre...


Christophe 10/02/2010 19:31


Eh bien je l'ai vu et j'ai finalement bien aimé. Pas génial mais c'est le mieux qu'on puisse faire dans le genre.

Un regard magnifique, le rafraîchissement du dessinateur qui n'est pas lié par les canons du cinoche.
Des idées très belles, beaucoup d'imagination. 

je n'ai pas senti la césure au milieu du film dont tu parles, mais il y a au fur et à mesure une certaine routine dans les séquences de la vie avec à chaque fois un personnage ou un "événement" de
la vie de Gainsbourg. 

je regrette quand même un côté très factuel, un chapelet de références à trop de moments de sa vie. Et ceux qui ne sont pas approfondis font l'objet de références sonores ou graphiques fugaces
qu'on s'amuse à accumuler comme autant de petits trésors cachés dans une sorte de Mario Bros.

Mais c'est beau, touchant sans être larmoyant, avec une musique très bien pensée et interprétée. Un film qu'on peut donc voir, sans en attendre trop, mais qui réjouit quand même. 


Ska 08/02/2010 15:05


Oui, Rififi, mais, comme je le disais dans l'article, celle dont j'aimerais vraiment savoir ce qu'elle en pense, c'est France Gall. C'est la seule qui soit vraiment malmenée par le film.
Sarah Forestier en fait, dans une courte séquence, une cruche qui chante mal et faux : c'est à la fois très drôle et super violent, presque embarrassant...


rififi 08/02/2010 08:24


bon ben je n'avais déjà pas envie d'aller le voir, tu me confirmes que ce n'est pas la peine que j'y aille.
En 2 parties j'aurais vu la première avec plaisir, mais voir une adaptation de ce que j'ai pu plus ou moins suivre "en vrai" ne me tente pas du tout. Je me demande d'ailleurs ce que ça peut faire à
Birkin, Bambou, etc.. de se voir comme ça sur pellicule....
Je crois tout simplement que ce film a été fait beaucoup trop tôt. 


7and7is : les livres

Recherche Sur 7And7Is

Articles Récents

  • Dans le viseur de John McTiernan
    A cat, a sniper... What could possibly go wrong? Watch the new Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands Live action trailer. Available on March 7th, 2017 on PS4, XBOX ONE and PC Register for the Beta on http://www.ghostrecon.com/betacat and be the first to...
  • La basse de Simon Gallup et autres considérations...
    Quelques souvenirs épars du concert de The Cure à l'Accor Hotel Arena mardi 15 novembre... La basse de Simon Gallup (dont le nom aux sonorités élastiques le définit si bien) qui, sur un Primary nerveux, fait vraiment trembler l’Accor Hotel Arena... Friday...
  • Sur une réouverture...
    Ainsi, on l’a appris ce matin, Sting jouera le 12 novembre, veille de la date-anniversaire que l’on sait, au Bataclan. Sting, c’est bien, c’est un symbole fort, un artiste « populaire », une star, l’ancien leader de... Police (ce qui, ironiquement, devrait...
  • Tim Burton, celui qui se souvient de ses vies antérieures
    À propos de Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton À défaut d’être un grand film (il n’en a pas signé depuis vingt ans, n’en signera sans doute plus), le nouveau Tim Burton est, une fois n’est pas coutume, un objet passionnant, paradoxal,...
  • City Lights de Michel Gondry, Eloge de la candeur
    A propos de City Lights, un clip de Michel Gondry pour The White Stripes Quand on regarde le nouveau clip de Michel Gondry réalisé pour les White Stripes (ou plutôt, pour être juste, pour l’album rétrospectif et acoustique de Jack White, sorti la semaine...
  • Bruce Springsteen & the E Street Band, Accor Hotel Arena, 11/07/2016
    C’est à croire qu’il se passera presque toujours quelque chose d’exceptionnel à un concert de Bruce Springsteen avec le E Street Band, un truc singulier qui fera qu’on s’en souviendra très précisément à chaque fois. En 2003, au Stade de France, c’était...
  • Y retourner...
    Je sais, on ne se parlait plus trop ces derniers temps. Mais hier soir, il faut que je vous dise, je suis retourné à un concert. Un concert sans interruption, sans balles qui claquent et sans odeur de poudre. Et si mes oreilles ont sifflé encore un peu...
  • Les clips en plan-séquence
    A la demande d'Upopi, portail pédagogique de Ciclic (livre, image et culture numérique en région Centre), j'ai écrit et monté un sujet autour du plan-séquence dans le clip. Où les lecteurs habitués de 7and7is retrouveront certaines idées développées par...
  • Shuffle
    Cela pourrait être une face B pour Sillons... Ou une suite.
  • Rock en Seine, doucement mais sûrement...
    Il y a huit ans, en août, j’ouvrais ce blog. Pour y publier, entre autres choses, des photos prises à Rock en Seine. Huit ans plus tard, je vais toujours à Rock en Seine juste avant la rentrée, mais un peu moins longtemps, plus pour le marathon de trois...