Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 11:54

P241011_22.39.jpgCe soir, ça doit être la huitième fois que je vois dEUS en concert. Le groupe anversois a moins la côte aujourd'hui, ses disques n'étonnent plus comme avant, mais, au moins, sur scène, il demeure une valeur sûre. Sur le fond, les disques se suivent, se ressemblent (un peu) et s’assemblent (sans peine), mais force est de constater que le dernier très bon album de dEUS, Pocket Revolution, date maintenant d’une grosse poignée d’années. Les deux qui ont suivi, dont le récent Keep You Close, n'ont pas déçu mais n’ont pas enthousiasmé non plus. Il y a sur Vantage Point et sur son successeur un truc en moins, c’est certain. Leur volontarisme pop et leur désir d’accessibilité (surtout Vantage Point, assurément le moins bon de toute la discographie) ménagent moins de place aux expérimentations et à la folie contrôlée des albums précédents. Peut-être devra-t-il en aller ainsi désormais de leurs concerts, les setlists mélangeant (souvent très harmonieusement) nouveautés et classiques dont on espère à chaque fois que ce ne seront pas les mêmes ; sans pourtant pouvoir imaginer un concert de dEUS sans Instant Street, sans Fell Off the Floor, Man, sans Theme From Turnpike, sans Suds & Soda.

Ce soir, contrairement au concert du Bataclan il y a deux ans, pas question de s’asseoir, cela avait été trop frustrant : un concert de dEUS requiert toute notre mobilité. Ici, au Trianon, salle à la jauge et à l'élégance idéales pour le quintet, tout se passe pour le mieux. Plaisante première partie (leurs compatriotes du groupe Balthazar, inconnus jusqu’alors et très bien accueillis), puis dEUS qui déroule. Sans génie mais sans ennui. Certes la pression retombe sur certains nouveaux morceaux, certes la coda de Instant Street est ce soir complètement foirée, certes la voix de Tom Barman s'avère un peu fatiguée. Mais, comme on s’en doutait, à l’écoute de Keep You Close, un morceau comme Dark Sets In se révèle sans ambigüité taillé pour le live et un If You Don’t Get What You Want explosif réussit instantanément à anéantir mes quelques réserves et à pomper une bonne part de mon énergie. Soyons clairs : sur l’échelle dEUS, un concert moyen demeure un très bon concert.

Mais c’est au rappel que Barman et son gang nous assènent le coup de grâce. On était - mu par une vilaine curiosité - allé voir les setlists des concerts de ces derniers jours et on avait constaté, un peu déçu, que le groupe ne jouait plus certains classiques cités ci-dessus (Fell Off the Floor, Man, Theme From Turnpike, ce genre). Vers 22h30, hier soir, ils ne les jouèrent pas non plus, mais ils firent beaucoup mieux, le genre de truc dont un fan de la première heure n’aurait osé rêvé comme cadeau… Après un Sister Dew apaisant échappé de The Ideal Crash (finalement leur meilleur album d’après moi), c’est aux sommets de son tout premier disque que le groupe se confronte dans un flashback me ramenant en 1996 ou en 1997, je ne sais plus, la première fois que je les vis, à quelques dizaines de mètres de ce Trianon pas encore rénové, à la Cigale. Pas seulement Suds & Soda, donc, dernier titre attendu (et pourtant peu joué ces dernier mois), mais d’abord Worst Case Scenario, puis, divine surprise, Morticiachair où le guitariste Mauro Pawlowski (que je préférais quand même barbu) assure on ne peut mieux en doublure voix de Stef Kamil Carlens (co-architecte en chef, rappelons-le, des deux premiers chef-d'œuvres et parti, on le sait, après l'album In a Bar, Under the Sea). Finir ainsi sur trois titres d’un disque datant de 1994, c’était plus qu’inattendu. C’était sublime et inespéré, le meilleur des scénarios, et ça rattrapait très largement les petits coups de mou d’une setlist convenable mais plus convenue. De ce quart d'heure-là, je ne suis toujours pas revenu...

Partager cet article

Repost 0
Published by Ska - dans Instantanés
commenter cet article

commentaires

7and7is : les livres

Recherche Sur 7And7Is

Articles Récents

  • Souvenirs de Twin Peaks
    Année scolaire 1990/91. Elle commence par un film, elle finit par une série. Je suis au lycée, en première. Cette année scolaire-là, ça ne trompe pas, je rencontre deux amis qui comptent encore aujourd'hui parmi mes plus chers. Et par ricochet deux autres,...
  • Dans le viseur de John McTiernan
    A cat, a sniper... What could possibly go wrong? Watch the new Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands Live action trailer. Available on March 7th, 2017 on PS4, XBOX ONE and PC Register for the Beta on http://www.ghostrecon.com/betacat and be the first to...
  • La basse de Simon Gallup et autres considérations...
    Quelques souvenirs épars du concert de The Cure à l'Accor Hotel Arena mardi 15 novembre... La basse de Simon Gallup (dont le nom aux sonorités élastiques le définit si bien) qui, sur un Primary nerveux, fait vraiment trembler l’Accor Hotel Arena... Friday...
  • Sur une réouverture...
    Ainsi, on l’a appris ce matin, Sting jouera le 12 novembre, veille de la date-anniversaire que l’on sait, au Bataclan. Sting, c’est bien, c’est un symbole fort, un artiste « populaire », une star, l’ancien leader de... Police (ce qui, ironiquement, devrait...
  • Tim Burton, celui qui se souvient de ses vies antérieures
    À propos de Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton À défaut d’être un grand film (il n’en a pas signé depuis vingt ans, n’en signera sans doute plus), le nouveau Tim Burton est, une fois n’est pas coutume, un objet passionnant, paradoxal,...
  • City Lights de Michel Gondry, Eloge de la candeur
    A propos de City Lights, un clip de Michel Gondry pour The White Stripes Quand on regarde le nouveau clip de Michel Gondry réalisé pour les White Stripes (ou plutôt, pour être juste, pour l’album rétrospectif et acoustique de Jack White, sorti la semaine...
  • Bruce Springsteen & the E Street Band, Accor Hotel Arena, 11/07/2016
    C’est à croire qu’il se passera presque toujours quelque chose d’exceptionnel à un concert de Bruce Springsteen avec le E Street Band, un truc singulier qui fera qu’on s’en souviendra très précisément à chaque fois. En 2003, au Stade de France, c’était...
  • Y retourner...
    Je sais, on ne se parlait plus trop ces derniers temps. Mais hier soir, il faut que je vous dise, je suis retourné à un concert. Un concert sans interruption, sans balles qui claquent et sans odeur de poudre. Et si mes oreilles ont sifflé encore un peu...
  • Les clips en plan-séquence
    A la demande d'Upopi, portail pédagogique de Ciclic (livre, image et culture numérique en région Centre), j'ai écrit et monté un sujet autour du plan-séquence dans le clip. Où les lecteurs habitués de 7and7is retrouveront certaines idées développées par...
  • Shuffle
    Cela pourrait être une face B pour Sillons... Ou une suite.