Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 08:40

Les médias s’en sont fait (trop ?) largement l’écho, Michel Polnareff donnait ce vendredi 2 mars son premier concert en France depuis 34 ans. Un réel événement.

On n’expliquera pas ici pourquoi Polnareff compta tant dans le paysage de la pop française de la fin des années 60 et du début des années 70. Libération (ici) et Télérama () l’ont très bien fait ces derniers jours. On ne répétera pas qu’il importa en France le savoir-faire et les techniques d’enregistrement anglo-saxonnes un peu avant que Gainsbourg s’y intéresse. On ne redira pas à quel point ses qualités de mélodiste et d’arrangeur ringardisèrent d’emblée la génération Yé-Yé un poil plus âgée que lui, sans pour autant que sa manière génère une suite ou un héritage. Il est plus problématique d’envisager la carrière de Polnareff après son départ forcé pour les Etats-Unis puisqu’il alterna alors le pire et le meilleur, brouillant les cartes entre superficiel et essentiel, ne retrouvant jamais vraiment l’inspiration de ses albums du début des années 70 (Polnareff’s et Polnarêve, ses deux chef-d’œuvres, avec le live Polnarévolution)… Quoi d’autre, alors ? Des albums truffés de synthés et à la production chargée dans les années 80 (Bulles et Incognito), des singles effroyables livrés parcimonieusement ces dernières années (Je rêve d’un monde, Ophélie Flagrant Des Lits)... Il y a dix ans, un live enregistré à Los Angeles, promesse non tenue d’un premier retour, avait rassuré, Polnareff y revisitant de façon inspirée ses plus grands succès…

On n’en dira pas autant de la tournée « best of » révélée hier soir à Bercy…

Polnareff est donc revenu sur Terre. En se livrant ainsi enfin à ses fans, il abandonne sciemment ce qui en fit un mythe vivant de la chanson française : le mystère et la rareté. Polnareff existe, je l’ai vu hier. Et il était très mal habillé. Le fantasme de son retour, rengaine régulière de ces quinze dernières années pour moi et quelques autres, est devenu réalité. Et le constat n’est qu'à moitié réjouissant.

Mais commençons par le début. Dans Bercy, en arrivant, on croisait plein de clones du chanteur à lunettes. Celui-ci, comme on l’avait pressenti avec le clip de son dernier single (lire ici), continuait donc de favoriser la dilution de sa personnalité dans un imaginaire collectif où sa paire de lunette, sa paire de fesses et sa crinière blonde suffisaient à le caractériser. Polnareff, c’est un logo, une marque. Aujourd’hui, plus que jamais tant au final c’est le retour/événement que l’on veut nous vendre, pas de nouvelles chansons. On pouvait acheter le programme de la soirée : 25 euros quand même ! Surtout, on pouvait acquérir le super Polnapack constitué, outre ledit programme, d’une perruque et des fameuses lunettes blanches. Vulgarisation et banalisation de l’artiste jusque dans le lieu de son grand retour. En écho involontaire au générique de fin du récent Rocky Balboa – où les anonymes reproduisent sur les marches du Palais des Arts de Philadelphie les gestes de Stallone lors de la fameuse séquence d’entraînement du premier film de la série – les fans étaient là aussi mis à contribution puisque des photos de ces doubles emperruqués étaient projetées avant le début du concert dans les lunettes géantes où se nichaient les indispensables écrans géants…

Puis arriva la star… Mais après tous ces people qui captèrent l’attention du gentil spectateur pour quelques minutes : un premier ministre, une comédienne de petite taille à la popularité inversement proportionnelle, un chanteur jadis populaire et désormais joueur de poker, des présentateurs télé et plein d’autres dont on se foutait éperdument…

L’entrée, au son des trois accords de La poupée qui fait non, fut grandiloquente, ombre projetée, frime, posture ouvertement ironique. Tout allait bien. Premier morceau : Je suis un homme. On avait rêvé mieux (l’instrumental Voyages, l’autoréférentiel Petite, Petite), mais, bon, ce n’était pas si mal. Surtout que la suite, pendant une grosse demie heure, ne vint trahir la moindre faute de goût dans le choix des chansons. Pourtant, d’emblée, un truc clochait. Tout cela était très lisse, très formaté, sans prise de risque aucune, avec un Polnareff que l’on devinait un rien crispé, étonnamment statique, tandis que les musiciens s’appliquaient à donner aux chansons un écrin rock FM aux sonorités discutables. A vrai dire, j’aurais pu (dû) m’évanouir lorsqu’il entama très tôt dans la soirée Sous quelle étoile suis-je né, mais, comme pour toutes les splendeurs qu’il se permit de revisiter (Le bal des Laze, Holidays, La mouche), il fallut bien s’avouer que l’on n’était pas loin du saccage. Non pas que Michel soit devenu punk, non pas que sa voix l’ait trahi, non, c’est simplement que le groupe l’accompagnant était ignoble. Des techniciens sans âme. Un guitar-hero qui bossa avec Steve Vai, des choristes mercenaires venant palier les rares défaillances d’un Polnareff ne montant plus si haut, un bassiste/arrangeur tartinant des tonnes de notes superflues et, pire que tout, deux claviers venant gâcher à force de ringardes nappes et d’intervention absconses les si simples mélodies tant attendues. Par exemple, L’homme qui pleurait des larmes de verre se prêtait à une interprétation dépouillée piano/voix, mais il fallut que le bassiste vienne cabotiner et qu’un clavier vienne coucher quelques notes superfétatoires. A une époque, il y avait, dans les chansons de Polnareff, des déluges de cordes et de cuivres. C’était quand Jean-Claude Vannier travaillait avec lui. Dans cette tournée au budget que l’on imagine pourtant dispendieux, ces instruments ont été remplacés par deux claviers. Imaginez le carnage sur La mouche : un son eighties pourri et l’intro réservée aux cordes jouée à la guitare électrique…

Au final, quels furent les morceaux qui passèrent le mieux ? Logiquement, ceux de Bulles (Tam Tam) ou ceux d’Incognito (Dans la rue), tout simplement parce que, au niveau des arrangements, Polnareff, qui semble musicalement en être resté aux années 80, était raccord. La plupart des morceaux « classiques » subirent ce traitement eighties/rock FM (ah ! le final heavy metal du Bal des Laze, quelle audace !...) et cela réussit à ternir un peu le plaisir de découvrir en live des chansons longtemps chéries. Pour se faire une idée des choix artistiques incriminés, il faudrait imaginer le groupe Toto ou, comme me le soufflait un ami, les musiciens de Lionel Richie jouant les chansons de Polnareff… Dommage car le choix des morceaux n’était pas mal du tout, avec quelques vraies surprises parmi les moins connus (L’homme qui pleurait des larmes de verre, Je cherche un job, Hey You Woman).

Un morceau aussi éculé que On ira tous au Paradis (fin logique du concert) fut tout de même rendu jubilatoire par l’option karaoké géant auquel se prêtèrent avec ferveur les 17000 spectateurs. Ah ! oui, on a eu droit aussi à une chanson inédite. Un texte multipliant les allusions sexuelles (sacré Polna !) et une mélodie jazzy aussi indigente que celle de la sinistre Ophélie Flagrant Des Lits… A quoi bon, dans les interviews, citer Weather Report, Mahavishnu Orchestra, balancer qu’il ne jouera pas Dans la maison vide parce que c’est trop « variété », si c’est pour pondre de telles nullités ?

Quand Christophe, son contemporain et double en dinguerie, a su, ces dernières années, se renouveler de la plus belle manière qui soit, quand d’autres sexagénaires (Alain Bashung, Robert Plant, Iggy Pop) livrent des albums et des prestations live étonnantes, Polnareff a démontré en un peu plus de deux heures qu’il n’était plus que l’ombre de l’artiste qu’il fut. Faute de dignement créer, le voici cantonné à l’exercice du revival. Comme s’il n’avait plus rien d’autre à faire désormais qu’à jouer un rôle. Le sien.

Enfin, du moment que TF1 et RTL, ses sponsors, sont contents…

Partager cet article

Repost 0
Published by Ska - dans Instantanés
commenter cet article

commentaires

Ska 12/03/2007 10:48

Ce n'est pas vraiment le problème. On ne juge pas la qualité d'un concert à l'aune des sous que l'on a déboursés pour y assister... Un concert n'est une affaire de rentabilité que pour ceux qui l'organisent... Ceci dit, pour quelqu'un qui n'avait pas joué depuis 34 ans en France, j'étais prêt à mettre le prix de deux concerts "normaux". C'était cher bien sûr, mais j'étais dans la fosse, donc ça allait... Et puis quand on aime, on ne compte pas...Sinon, un ami qui y était déjà le 2/03 y est retourné hier. Apparemment, c'était un peu mieux : plus d'assurance de la part de Polnareff, quelques morceaux joués juste au piano. Les aléas décrits ci-dessus, sans doute était-ce le prix à payer pour une "première"...

Chtif 12/03/2007 06:10

Et encore, t'as pas précisé le prix du concert lui-même ! trop dur  à avaler ?

Ska 06/03/2007 10:44

Athalide, merci pour les compliments.Pour ma part, je ne parlerai quand même pas de "mystification".  Mon compte-rendu est certes un peu sévère mais il ne faut pas oublier que Polnareff ne s'était pas produit sur scène depuis plus de dix ans (quelques dates à Los Angeles qui donnèrent lieu à un bel album live) et qu'il n'a pas fait de tournée depuis plus de 30 ans. C'était une première le 2 mars. Peut-être s'améliorera-t-il au fil de la tournée...Tout de même, les chansons sont toujours là, la setlist était assez satisfaisante et c'était quand même un moment réellement émouvant.Reste qu'il est désormais acquis qu'il ne faut pas souhaiter un nouvel album. A entendre le nouveau titre, Position, Ophélie Flagrant Des Lits n'était pas un accident. Oui, l'inspiration s'est tarie et Polnareff est musicalement à la masse.Le compte-rendu paru dans Libé hier est assez juste. On y lit à la fois émotion et déception (pour les arrangements, comme moi). Lire aussi les réactions des internautes (notamment celle très - trop ? - sévère d'un certain John Steed) :http://www.liberation.fr/culture/musique/238658.FR.php

Athalide 05/03/2007 23:39

Voilà l'article que je cherchais depuis deux jours: un vrai compte-rendu du concert de Polnareff! Tout mes compliments, cela m'a permis de savoir enfin comment était ce concert.
J'avais longtemps hésité : ira, ira pas mais finalement je suis bien contente de n'y être pas allé... ça sent trop le coup, le scoop et la machine à engranger les bénéfices. Et puis Bercy n'est pas une salle pour faire de la musique: acoustique détestable, ambiance froide...
Comme tu le fais remarquer, Polnareff s'est embarqué dans une tentative de mythification de son personnage:  sa rareté en faisait sa valeur. Il ne vivait plus que par la distance savamment entretenue entre lui et son public.
Aujourd'hui, il décide de venir au devant du public, et l'opération lui est forcément fatale. La mythification était un leurre elle n'est plus que mystification.
Le seul moyen d'en sortir serait de faire paraître une oeuvre risquée et novatrice, de faire un retour en force à l'instar d'un Christophe (dont le spectacle était un ravissement sonore et visuel) : mais en est-il encore capable ?
 

arbobo 05/03/2007 01:37

depuis les photos de lui parues au moment de son fameux "live at Roxy" à los angeles, j'avais de sérieux doutes.Mais on, comme ce live était magnifique, on pouvait espérer.je comprends ta déception ska.

7and7is : les livres

Recherche Sur 7And7Is

Articles Récents

  • Souvenirs de Twin Peaks
    Année scolaire 1990/91. Elle commence par un film, elle finit par une série. Je suis au lycée, en première. Cette année scolaire-là, ça ne trompe pas, je rencontre deux amis qui comptent encore aujourd'hui parmi mes plus chers. Et par ricochet deux autres,...
  • Dans le viseur de John McTiernan
    A cat, a sniper... What could possibly go wrong? Watch the new Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands Live action trailer. Available on March 7th, 2017 on PS4, XBOX ONE and PC Register for the Beta on http://www.ghostrecon.com/betacat and be the first to...
  • La basse de Simon Gallup et autres considérations...
    Quelques souvenirs épars du concert de The Cure à l'Accor Hotel Arena mardi 15 novembre... La basse de Simon Gallup (dont le nom aux sonorités élastiques le définit si bien) qui, sur un Primary nerveux, fait vraiment trembler l’Accor Hotel Arena... Friday...
  • Sur une réouverture...
    Ainsi, on l’a appris ce matin, Sting jouera le 12 novembre, veille de la date-anniversaire que l’on sait, au Bataclan. Sting, c’est bien, c’est un symbole fort, un artiste « populaire », une star, l’ancien leader de... Police (ce qui, ironiquement, devrait...
  • Tim Burton, celui qui se souvient de ses vies antérieures
    À propos de Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton À défaut d’être un grand film (il n’en a pas signé depuis vingt ans, n’en signera sans doute plus), le nouveau Tim Burton est, une fois n’est pas coutume, un objet passionnant, paradoxal,...
  • City Lights de Michel Gondry, Eloge de la candeur
    A propos de City Lights, un clip de Michel Gondry pour The White Stripes Quand on regarde le nouveau clip de Michel Gondry réalisé pour les White Stripes (ou plutôt, pour être juste, pour l’album rétrospectif et acoustique de Jack White, sorti la semaine...
  • Bruce Springsteen & the E Street Band, Accor Hotel Arena, 11/07/2016
    C’est à croire qu’il se passera presque toujours quelque chose d’exceptionnel à un concert de Bruce Springsteen avec le E Street Band, un truc singulier qui fera qu’on s’en souviendra très précisément à chaque fois. En 2003, au Stade de France, c’était...
  • Y retourner...
    Je sais, on ne se parlait plus trop ces derniers temps. Mais hier soir, il faut que je vous dise, je suis retourné à un concert. Un concert sans interruption, sans balles qui claquent et sans odeur de poudre. Et si mes oreilles ont sifflé encore un peu...
  • Les clips en plan-séquence
    A la demande d'Upopi, portail pédagogique de Ciclic (livre, image et culture numérique en région Centre), j'ai écrit et monté un sujet autour du plan-séquence dans le clip. Où les lecteurs habitués de 7and7is retrouveront certaines idées développées par...
  • Shuffle
    Cela pourrait être une face B pour Sillons... Ou une suite.