Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2006 6 23 /09 /septembre /2006 19:08

 

A propos de Peau de cochon de Philippe Katerine

(texte initialement publié dans Bref n°65)

 

Fourre-tout foutraque ou émouvant puzzle biographique, quoi que l’on en pense, Peau de cochon ne laisse pas indifférent. Faisant suite aux convaincantes incursions d’un Katerine fictionné dans les films de Thierry Jousse (Nom de code : Sacha, Julia et les hommes), il prolonge l’expérience d’1 km à pied, le court réalisé par le chanteur dans la série « Portraits » (diffusée sur Arte) : un homme, une caméra dv et douze plans-séquences autonomes composant un long métrage où se mêlent traces biographiques et obsessions intimes, expérimentations et petites fictions, le tout dénudant un homme se livrant là plus encore que dans ses chansons. De musique, il sera peu question ici, si ce n’est dans une savoureuse séquence d’ouverture où Dominique A fait écouter à l’homme à la caméra ses premières armes d’auteur/compositeur, une cassette enregistrée à 13 ans. C’est à la fois drôle (sa voix d’avant la mue ; la note d’intention d’époque) et émouvant (ce qu’on lit dans son regard ; sa façon de doubler la voix de l’adolescent qu’il était), un peu à l’image de tout ce film étrange.

Car étrange, le film l’est vraiment. Irritant, ne ressemblant pas à grand-chose de connu, il frôle parfois le je-m’en-foutisme, mais sait presque toujours retomber sur ses pieds. Les saynètes Hélicoptère 1 & 2 constituent un bon exemple de ses manières de funambule. Dans la première, Katerine filme sa fille minaudant et racontant une histoire sans queue ni tête. Elle est mignonne, on cherche les ressemblances, mais ce n’est guère passionnant. On attend, perplexe. Ce qui suit – Katerine racontant, au mot et à l’intonation près, la même histoire – apporte alors une dimension toute autre, presque théorique, à cet Hélicoptère 1 qui ne ressemblait qu’à un film de famille. Entre le remake « fait maison » d’Une sale histoire et la posture du chanteur se frottant, pour une reprise, à un texte qui n’est pas sien, le réalisateur finit par tirer son épingle du jeu, toujours sur le fil du dérisoire.

Si le film gagne sur la longueur une densité que les scènes isolées n’avaient pas nécessairement, c’est peut-être aussi parce que Katerine est plus un auteur d’albums qu’un faiseur de singles. Quand il fait du cinéma, il lui faut du temps, variations et digressions sur un même thème – ici des déambulations pédestres, des discussions alcoolisées – pour que se déploie son univers et que sous la légèreté affleure la gravité. Ce qui était patent au fil du double album Les créatures & L’homme à trois mains trouve ici une nouvelle illustration, l’aspect rudimentaire et peu aimable de la mise en image rappelant le second cd du diptyque de 1999, celui qu’il enregistra seul chez lui. Si bien que si l’on se piquait de regarder Peau de cochon comme on écouterait un album non-officiel de sa discographie, on constaterait que les duos l’ont emporté. Comme si ce film donnait à Katerine l’occasion de s’effacer pour dresser une sorte d’inventaire sentimental où l’on croise aussi bien Héléna Noguerra, Thierry Jousse ou le bassiste des Little Rabbits que des proches plus anonymes.

Impudique jusqu’au malaise, le film refuse la facilité, n’hésitant pas à montrer l’auteur sous un jour peu glorieux (sa lâcheté, sa jalousie, ses étranges habitudes scatologiques), brouillant souvent les pistes jusqu’à ce que l’on ne sache plus distinguer le vrai de la fiction.  Sur le registre intime, Peau de cochon ne saurait toutefois rivaliser avec les fulgurances formelles du beau Tarnation de Jonathan Caouette . Ce n’est d’ailleurs pas son but. Et au fond, on n’aime pas Peau de cochon comme on aime un grand film, car le fait qu’il se serve là d’une caméra plutôt que d’une guitare ne fait pas de Katerine un cinéaste. On se gardera donc d’affirmer qu’il s’agit là de sa meilleure production. Ce qui est sûr par contre, c’est qu’on a regardé Peau de cochon en dvd comme on a goûté ses chansons et comme on va écouter son prochain album. Rien n’interdira, comme pour tout disque que l’on aime, d’y revenir régulièrement, de préférer, au gré de l’humeur, telle séquence plutôt que telle autre, de l’oublier un moment, puis de le redécouvrir…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

7and7is : les livres

Recherche Sur 7And7Is

Articles Récents

  • Christine, le retour (... de John Carpenter)
    Video directed by John Carpenter. The theme for "Christine" is available as a part of John Carpenter's 'Anthology: Movie Themes 1974-1998,' out October 20 on Sacred Bones Records. Preorder: http://hyperurl.co/Anthology Director: John Carpenter Producer:...
  • Souvenirs de Twin Peaks
    Année scolaire 1990/91. Elle commence par un film, elle finit par une série. Je suis au lycée, en première. Cette année scolaire-là, ça ne trompe pas, je rencontre deux amis qui comptent encore aujourd'hui parmi mes plus chers. Et par ricochet deux autres,...
  • Dans le viseur de John McTiernan
    A cat, a sniper... What could possibly go wrong? Watch the new Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands Live action trailer. Available on March 7th, 2017 on PS4, XBOX ONE and PC Register for the Beta on http://www.ghostrecon.com/betacat and be the first to...
  • La basse de Simon Gallup et autres considérations...
    Quelques souvenirs épars du concert de The Cure à l'Accor Hotel Arena mardi 15 novembre... La basse de Simon Gallup (dont le nom aux sonorités élastiques le définit si bien) qui, sur un Primary nerveux, fait vraiment trembler l’Accor Hotel Arena... Friday...
  • Sur une réouverture...
    Ainsi, on l’a appris ce matin, Sting jouera le 12 novembre, veille de la date-anniversaire que l’on sait, au Bataclan. Sting, c’est bien, c’est un symbole fort, un artiste « populaire », une star, l’ancien leader de... Police (ce qui, ironiquement, devrait...
  • Tim Burton, celui qui se souvient de ses vies antérieures
    À propos de Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton À défaut d’être un grand film (il n’en a pas signé depuis vingt ans, n’en signera sans doute plus), le nouveau Tim Burton est, une fois n’est pas coutume, un objet passionnant, paradoxal,...
  • City Lights de Michel Gondry, Eloge de la candeur
    A propos de City Lights, un clip de Michel Gondry pour The White Stripes Quand on regarde le nouveau clip de Michel Gondry réalisé pour les White Stripes (ou plutôt, pour être juste, pour l’album rétrospectif et acoustique de Jack White, sorti la semaine...
  • Bruce Springsteen & the E Street Band, Accor Hotel Arena, 11/07/2016
    C’est à croire qu’il se passera presque toujours quelque chose d’exceptionnel à un concert de Bruce Springsteen avec le E Street Band, un truc singulier qui fera qu’on s’en souviendra très précisément à chaque fois. En 2003, au Stade de France, c’était...
  • Y retourner...
    Je sais, on ne se parlait plus trop ces derniers temps. Mais hier soir, il faut que je vous dise, je suis retourné à un concert. Un concert sans interruption, sans balles qui claquent et sans odeur de poudre. Et si mes oreilles ont sifflé encore un peu...
  • Les clips en plan-séquence
    A la demande d'Upopi, portail pédagogique de Ciclic (livre, image et culture numérique en région Centre), j'ai écrit et monté un sujet autour du plan-séquence dans le clip. Où les lecteurs habitués de 7and7is retrouveront certaines idées développées par...