Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2006 2 29 /08 /août /2006 17:42


Pouvait-elle seulement se planter ? Air aux compositions et aux instruments, Jarvis Cocker (Pulp) et Neil Hannon (Divine Comedy) aux textes, David Campbell (le papa de Beck !) aux arrangements de cordes et Nigel Godrich à la production. Le casting était énorme, on n'avait plus qu'à rêver...

Au final, le tout est incroyablement cohérent, parsemé d'hommages décomplexés à Serge Gainsbourg (un riff évoquant celui de Bonnie and Clyde, des basses rondes et étouffées à la Melody Nelson). Mais c'est aussi le problème de l'album - le seul - d'être trop évidemment "sous influence". D'ailleurs, David Campbell n'avait-il pas déjà explicitement cité les arrangements de cordes de Jean-Claude Vannier pour Melody Nelson sur le Paper Tiger de son fiston ?

Plusieurs écoutes depuis lundi : le disque est formidable et en même temps il est presque trop parfait, presque trop conforme aux attentes, laissant un drôle de bourdonnement dans les oreilles. L'impression, surtout, c'est celle d'une réification iconique de la chanteuse. Comme si la fine-fleur de la pop s'était emparée de Charlotte - avec son consentement - pour assouvir un fantasme gainsbourien autour duquel certains (Air, Cocker) tournaient déjà depuis quelques temps. Vu sous cet angle, l'apparemment lisse 5:55 est un disque très étrange et, finalement, plus dérangeant que Charlotte Forever il y a 20 ans.

Vrai-faux nouvel album de Air, 5:55 serait-il alors le vrai album-hommage à Gainsbourg avec, dans le rôle principal, la diaphane Charlotte pour remplacer Jane B. dans une entreprise aux volutes mortifères ?

Scotty Fergusson, dans Vertigo, transformait Judy en nouvelle incarnation d'une morte, la revêtait d'atours portés par la défunte Madeleine pour lui donner l'identité (l'image) d'un fantasme. Jane B., heureusement, n'est pas morte. Eprise de modernité, elle multiplie même, depuis deux disques, des collaborations (Beth Gibbons, Miossec, Dominique A, Brian Molko, Mickey 3D) lui permettant de s'affranchir enfin des chansons que lui écrivit Serge et, surtout, d'en chanter de nouvelles.

Nicolas Godin et Jean-Benoît Dunckel de Air campent au contraire délibérément dans le passé, s'emparant du patronyme de Charlotte avec une gourmandise non-feinte. Avec 5:55, ils ont façonné la fille en égérie pop et l'ont habillée de mélodies qu'aurait pu chanter sa mère. 35 ans auparavant... Une histoire de double, donc, comme dans Vertigo... On ne s'étonnera pas, alors, que Morning Song, la chanson sur laquelle se clôt l'album, évoque le souvenir d'un fantôme...

Partager cet article

Repost 0
Published by Ska - dans Bande son
commenter cet article

commentaires

Ska 18/01/2007 11:29

Je ne sais pas. Est-ce qu'on ne fait pas ce procès à Charlotte Gainsbourg à cause de son nom et de la promo énorme qui a accompagné la sortie de l'album ? Nombreux sont ceux qui, aujourd'hui, revendiquent les influences de Gainsbourg et on ne le leur reproche pas comme à elle.  Et puis, dans le rock actuel, on a quand même essentiellement des gens qui, pour reprendre tes termes, essayent de "ressusciter un passé glorieux", il ne faut pas l'oublier...Mais il est évident qu'elle devrait éviter de faire du Gainsbourg et travailler avec des gens qui ne nourrissent pas un tel culte envers son père. Comme je te le disais hier, ce disque m'intéresse surtout par le paradoxe de l'échec qu'il raconte.

Alex la Baronne 18/01/2007 11:18

Il est très agréable de se ressusciter un passé glorieux, certes... Mais... Et le futur dans tout ça ???

Mr J 15/09/2006 13:28

Bon j'avoue je ne l'ai pas beaucoup écouté (une fois pour être franc). Mais cette première écoute m'a laissé de glace. Limite j'me suis ennuyé. Ca a l'air d'être un bon disque pour dormir. Mais la critique me donne envie de retenter l'écoute.

7and7is : les livres

Recherche Sur 7And7Is

Articles Récents

  • Souvenirs de Twin Peaks
    Année scolaire 1990/91. Elle commence par un film, elle finit par une série. Je suis au lycée, en première. Cette année scolaire-là, ça ne trompe pas, je rencontre deux amis qui comptent encore aujourd'hui parmi mes plus chers. Et par ricochet deux autres,...
  • Dans le viseur de John McTiernan
    A cat, a sniper... What could possibly go wrong? Watch the new Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands Live action trailer. Available on March 7th, 2017 on PS4, XBOX ONE and PC Register for the Beta on http://www.ghostrecon.com/betacat and be the first to...
  • La basse de Simon Gallup et autres considérations...
    Quelques souvenirs épars du concert de The Cure à l'Accor Hotel Arena mardi 15 novembre... La basse de Simon Gallup (dont le nom aux sonorités élastiques le définit si bien) qui, sur un Primary nerveux, fait vraiment trembler l’Accor Hotel Arena... Friday...
  • Sur une réouverture...
    Ainsi, on l’a appris ce matin, Sting jouera le 12 novembre, veille de la date-anniversaire que l’on sait, au Bataclan. Sting, c’est bien, c’est un symbole fort, un artiste « populaire », une star, l’ancien leader de... Police (ce qui, ironiquement, devrait...
  • Tim Burton, celui qui se souvient de ses vies antérieures
    À propos de Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton À défaut d’être un grand film (il n’en a pas signé depuis vingt ans, n’en signera sans doute plus), le nouveau Tim Burton est, une fois n’est pas coutume, un objet passionnant, paradoxal,...
  • City Lights de Michel Gondry, Eloge de la candeur
    A propos de City Lights, un clip de Michel Gondry pour The White Stripes Quand on regarde le nouveau clip de Michel Gondry réalisé pour les White Stripes (ou plutôt, pour être juste, pour l’album rétrospectif et acoustique de Jack White, sorti la semaine...
  • Bruce Springsteen & the E Street Band, Accor Hotel Arena, 11/07/2016
    C’est à croire qu’il se passera presque toujours quelque chose d’exceptionnel à un concert de Bruce Springsteen avec le E Street Band, un truc singulier qui fera qu’on s’en souviendra très précisément à chaque fois. En 2003, au Stade de France, c’était...
  • Y retourner...
    Je sais, on ne se parlait plus trop ces derniers temps. Mais hier soir, il faut que je vous dise, je suis retourné à un concert. Un concert sans interruption, sans balles qui claquent et sans odeur de poudre. Et si mes oreilles ont sifflé encore un peu...
  • Les clips en plan-séquence
    A la demande d'Upopi, portail pédagogique de Ciclic (livre, image et culture numérique en région Centre), j'ai écrit et monté un sujet autour du plan-séquence dans le clip. Où les lecteurs habitués de 7and7is retrouveront certaines idées développées par...
  • Shuffle
    Cela pourrait être une face B pour Sillons... Ou une suite.