Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 11:16
Il faut commencer par revenir seize ans en arrière. En 1992. Three Sides to Every Story. Un disque concept. En trois parties. Avec ces cordes mémorables sur les trois derniers morceaux, pièce rock symphonique de vingt bonnes minutes enregistrée à Abbey Road. Du hard fusion mélodique, parfois pompier, mais impressionnant. Impressionnant en tout cas pour qui s’était laissé bluffer, adolescent, par le diptyque A Night at the Opera/A Day at the Races. À l’époque, les exégètes parlaient de hard-funk. Rest in Peace passait régulièrement sur Ouï FM. Ce groupe aurait pu devenir énorme.
Pourtant, ils arrivaient trop tard. Il y avait déjà eu les Guns & Roses à la fin des années 80. Mais le groupe d’Axl Rose, croulant sous les ballades et la pluie de novembre, s’éteignait déjà à petit feu. Chez les aînés, Freddie Mercury, inspiration avérée, venait de mourir. Ils lui rendraient d’ailleurs un bien bel hommage lors du concert "all stars" de Wembley. Le sommet de leur carrière assurément. À tel point que l’on murmura même, quelque temps après, alors que bruissaient les rumeurs de reformation, que Gary Cherone irait chanter avec les rescapés de Queen. Las ! Il fit un petit tour de piste avec Van Halen pour un album atroce et le vétéran Paul Rodgers décrocha le job des années plus tard. Pour le triste résultat que l’on sait…

Mais revenons à Extreme. Puisque c’est d’Extreme qu’il s’agit. Les rock stars quadragénaires jouaient mardi soir à Paris, à l’Elysée Montmartre. Démodés déjà quand sortaient leurs deux meilleurs albums (Three Sides to Every Story et Waiting for the Punchline), tandis que, rayon guitares, la tornade grunge et les assauts de Rage Against the Machine ne leur laissaient que peu d’espace. Déjà has been. Trop grandiloquents, trop prétentieux. Délavés sur les posters d’adolescentes abusées par un tube MTV qui ferait date, mais qui entacherait pour toujours la suite de leur carrière. Cette ballade acoustique, jolie certes mais tout de même très niaise, portée comme un fardeau dont on se déleste aujourd’hui comme on peut (l’autre soir, par exemple, Nuno l’entamant, goguenard, par les arpèges célestes de Stairway to Heaven).
Le beau Nuno Bettencourt, donc, branleur de manche inspiré, passait bien sur les posters. Trop bien. Belle petite gueule. Le drame d’Extreme, peut-être, cette belle petite gueule. Et la réduction hâtive du groupe énervé à la douceur écœurante du fadasse More Than Words, leur Love of My Life à eux. Quand Extreme choisit finalement de vraiment durcir le ton (Waiting for the Punchline, bien plus âpre, essayant de chasser sur les terres arides du One Hot Minute des Red Hot Chili Peppers), il était déjà trop tard. Ceux qui ne les avaient pas vraiment écoutés avaient vite fait de les ranger à jamais dans l’Enfer du hard FM.
Treize ans après cette relégation, passés les errements artistiques de Nuno et les piteuses déclarations politiques de Gary, Extreme a osé sortir un nouveau disque. Bien dans l’esprit de ce qu’ils enregistraient au début des années 90, un album assez digne finalement, totalement hors mode, armé de quelques morceaux jouissifs qui prirent tout leur relief mardi soir sur scène.
Les nouvelles chansons, justement, et notamment Star et ses criantes citations de Tie Your Mother Down de Queen ou l’imparable Comfortably Dumb en entame d’un puissant show de deux heures à peine gâché par l’ennuyeux Ghost (avec Nuno au piano) ou par les démonstrations virtuoses et vaines du guitar-hero rendant fou, à mes côtés, les hardos du dimanche qui mouillaient leur culotte au moindre de ses plans tapping. Et puis le plus étrange… Cette bouffée de nostalgie – attendue – qui me gagna très vite tandis que résonnaient les riffs déterrés de Pornograffitti, leur disque le plus connu.
Au bout de quelques minutes de concert, c’est Decadence Dance qui me ramène, plus vite qu’en De Lorean, à une époque où je vivais encore chez mes parents, où j’écoutais mes disques en boucle. J’en avais moins qu’aujourd’hui bien entendu. Je ne téléchargeais pas. Je les appréciais différemment. À jamais gravés, après tant d’écoutes, dans mon disque dur intime. Et moi (émoi) donc de me rendre compte que Decadence Dance, It’s a Monster ou Get the Funk Out, je les connais toujours par cœur : chaque break, les paroles, les riffs, les solos même… Je ne les écoute plus aujourd’hui, ces morceaux tout ridés. Très difficile d’ailleurs de réécouter sans rire Pornograffitti tant la production en a pris un coup. Mais ces morceaux-là – aussi vulgaires et putassiers paraissent-ils désormais – ce fut, je dois l’avouer, un vrai délice que de les voir joués l’autre soir devant moi. Alors, oui, c’est sûr, j’aurais pu – sur ce blog un rien refroidi ces derniers temps – vous parler du sublime concert de Lambchop au Café de la danse, du prodigieux bassiste du groupe de Kurt Wagner. Mais non, il fallait que je vous reparle de cet amour de jeunesse croisé hier soir entre Anvers et Pigalle.
Extreme a un public fidèle. Des trentenaires qui ont attendu treize ans que le groupe revienne jouer en France, qui ont répondu présents, qui leur donnent sans doute une bonne raison de continuer. Car ils doutaient un peu, confiaient-ils au moment de la reformation. Pour moi, les voir enfin, c’était un peu me confronter au souvenir d’albums jadis adorés et jamais vraiment reniés. Me confronter à un petit mythe intime, à des héros de seconde division que l’histoire a déjà oublié… Avec mes trois potes à l’Élysée Montmartre, un groupe à nous… Qu’on écoutait alors. Qu’on a retrouvé là, intact... Et si on rentrait en 2008 maintenant…

Partager cet article

Repost 0
Published by Ska - dans Instantanés
commenter cet article

commentaires

Mister k-ribou 19/11/2008 11:20

Ben moi Extreme ça s'arrete à la N1 de nuno bettencourt et une occasion de plus de demander un signe astrologique ;) histoire de ne pas toujours citer JS... Jme comprends....

L'arpenteur K. 13/11/2008 16:13

Tiens, et puisque je suis là, autant prévenir, le fil RSS de mon "blog" a changé sans préavis (ainsi que le reste du site d'ailleurs) suite à l'indélicatesse de mon désormais ancien hébergeur.

L'arpenteur K. 13/11/2008 16:11

On m'avait caché la sortie de ce nouvel album ?! Ce n'est pas très grave, la nostalgie occasionnelle des Pornograffitti/III sides/Waiting for the Punchline me suffit. D'ailleurs, je n'ai manqué de me couvrir à nouveau de ridicule devant Madame en ré-écoutant un peu l'ensemble il y a quelques semaines, sans pouvoir m'empêcher de sortir la N2 et tenter quinze ans après de rejouer les riffs sur lesquels j'usais mes petits doigts.

Ska 10/11/2008 14:14

Ah ! vraiment, heureusement qu'Ama-L est là, hein ! Je me sens un peu moins seul... Tiens, d'ailleurs, Am I Ever Gonna Change, ils l'ont jouée l'autre soir. C'est une de celles que je préfère...

arbobo 10/11/2008 10:32

un seul choc à la fois,déjà depuis quelques mois je conais l'existence de ce groupe, on va attendre un peu pour la suite  ^^

7and7is : les livres

Recherche Sur 7And7Is

Articles Récents

  • Souvenirs de Twin Peaks
    Année scolaire 1990/91. Elle commence par un film, elle finit par une série. Je suis au lycée, en première. Cette année scolaire-là, ça ne trompe pas, je rencontre deux amis qui comptent encore aujourd'hui parmi mes plus chers. Et par ricochet deux autres,...
  • Dans le viseur de John McTiernan
    A cat, a sniper... What could possibly go wrong? Watch the new Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands Live action trailer. Available on March 7th, 2017 on PS4, XBOX ONE and PC Register for the Beta on http://www.ghostrecon.com/betacat and be the first to...
  • La basse de Simon Gallup et autres considérations...
    Quelques souvenirs épars du concert de The Cure à l'Accor Hotel Arena mardi 15 novembre... La basse de Simon Gallup (dont le nom aux sonorités élastiques le définit si bien) qui, sur un Primary nerveux, fait vraiment trembler l’Accor Hotel Arena... Friday...
  • Sur une réouverture...
    Ainsi, on l’a appris ce matin, Sting jouera le 12 novembre, veille de la date-anniversaire que l’on sait, au Bataclan. Sting, c’est bien, c’est un symbole fort, un artiste « populaire », une star, l’ancien leader de... Police (ce qui, ironiquement, devrait...
  • Tim Burton, celui qui se souvient de ses vies antérieures
    À propos de Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton À défaut d’être un grand film (il n’en a pas signé depuis vingt ans, n’en signera sans doute plus), le nouveau Tim Burton est, une fois n’est pas coutume, un objet passionnant, paradoxal,...
  • City Lights de Michel Gondry, Eloge de la candeur
    A propos de City Lights, un clip de Michel Gondry pour The White Stripes Quand on regarde le nouveau clip de Michel Gondry réalisé pour les White Stripes (ou plutôt, pour être juste, pour l’album rétrospectif et acoustique de Jack White, sorti la semaine...
  • Bruce Springsteen & the E Street Band, Accor Hotel Arena, 11/07/2016
    C’est à croire qu’il se passera presque toujours quelque chose d’exceptionnel à un concert de Bruce Springsteen avec le E Street Band, un truc singulier qui fera qu’on s’en souviendra très précisément à chaque fois. En 2003, au Stade de France, c’était...
  • Y retourner...
    Je sais, on ne se parlait plus trop ces derniers temps. Mais hier soir, il faut que je vous dise, je suis retourné à un concert. Un concert sans interruption, sans balles qui claquent et sans odeur de poudre. Et si mes oreilles ont sifflé encore un peu...
  • Les clips en plan-séquence
    A la demande d'Upopi, portail pédagogique de Ciclic (livre, image et culture numérique en région Centre), j'ai écrit et monté un sujet autour du plan-séquence dans le clip. Où les lecteurs habitués de 7and7is retrouveront certaines idées développées par...
  • Shuffle
    Cela pourrait être une face B pour Sillons... Ou une suite.