Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 17:47


(Texte initialement publié dans le n° 71 de Bref, le magazine du court métrage)

Avec ses clips pour Aphex Twin, l’Anglais Chris Cunningham avait réussi à faire voler en éclats la frontière entre vidéo musicale et film court. Si Windowlicker était encore un clip, sa durée, ses parties dialoguées et dénuées de musique, son générique, l’apparentaient en effet à un court métrage. Rubber Johnny, au contraire, se présente d’emblée comme une œuvre d’art de six minutes, un film expérimental qui fut d’abord commercialisé en dvd avant de circuler en festivals. Pas un clip donc, pas une commande, même si la musique d’Aphex Twin, nourrissant une foisonnante bande-son, se trouve encore au cœur de ce film produit par le label Warp.
Les précédents cauchemars de Cunningham étaient paradoxalement plus narratifs que ce film frisant l’abstraction. Un repère familier, toutefois : son héros, enfant-mutant difforme cloué dans un fauteuil roulant, rappelle tant le bébé d’Eraserhead que le John Merrick d’Elephant Man. Nous le découvrons d’abord en gros plan, enfermé dans une cave, privé de paroles (seul un atroce gargouillis s’échappe de sa gorge), visiblement maltraité par des parents que nous n’entendrons qu’en off. Un petit chien inquiétant est là aussi, témoin des transports hallucinés de l’enfant quand, soudain, résonne à ses oreilles la musique d’Aphex Twin…
Aux aberrations physiques et aux représentations monstrueuses qu’il bidouillait jusqu’alors (le visage grimaçant de Richard D. James greffé sur des corps de petites filles dans Come to Daddy ou sur ceux de bimbos dénudées dans Windowlicker), Cunningham préfère ici une approche strictement plastique, où le fil ténu du récit s’emmêle sous les assauts d’un montage stroboscopique dont le spectateur ne peut d’emblée saisir toutes les nuances. Plus encore que chez Lynch, l’hérédité bâtarde de ce Rubber Johnny serait à rechercher du côté du Patrick Bokanowski de La femme qui se poudre. Car si la laideur était jusqu’alors circonscrite, chez Cunningham, à des manipulations de savant fou, elle est ici générée par la matière même de l’image.
Traumatiser le spectateur, via le déferlement de visions infernales, semble demeurer son étrange priorité. Mais ce qui nous perturbe le plus ici, est-ce la difformité de Johnny ou celle d’images que le cinéaste distord, viole et altère jusqu’à ce qu’elles accouchent de textures et de formes monstrueuses ? En gommant le garde-fou narratif de son projet esthétique, le réalisateur troque ici l’horreur contre le malaise, l’immédiateté du dégoût contre l’angoisse viscérale, la couleur contre le noir et blanc, l’image "réaliste" contre l’extrême stylisation. Si le film y perd en lisibilité, son impact n’en est que décuplé.



à voir aussi :
Come to Daddy (ici)
Windowlicker ()

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Guic' the old 26/11/2008 15:23

J'ai un pote qui l'a acheté en DVD... Et a la facheuse tendance à nous le passer à chaque soirée qu'on fait chez lui. Derriere faut bien 1/4 à la conversation pour se relancer... Comme quoi, au moins, ce film est... efficace?

En tous cas, surprenant et marquant, ca c'est sur...

D&D 14/11/2008 12:31

Ah ben merci, Ska ! Tu m'as bien pourri mon vendredi (si ce n'est plus) :-)Intéressant, tout de même, notamment ce que tu dis quant au traitement de l'image qui génère davantage le malaise que l'image elle-même. Je suis tenté d'être d'accord... Mais il faut d'abord que je dé-traumatise...

Christophe 24/10/2008 09:11

Waouw ! La première minute est terrifiante, je croyais qu'il faisait parler un foetus. Bon, et pis finalement, tout va bien, c'est un hydrocéphale en fauteuil roulant danseur de jungle avec des lasers qui partent des mains.Rien que de plus commun.3y8 

L'arpenteur K. 23/10/2008 23:07

Bon et bien sur le thème de "l'oeuvre "coup de poing" sans doute un peu vaine" j'attends ton analyse d'Aftermath, court métrage de Nacho Cerda, parce qu'il n'a pas fait l'unanimité à la maison.

Ska 21/10/2008 11:37

J'avoue aussi que je suis moins emballé par ce court que par les vidéos de Come to Daddy ou Windowlicker qui diffusaient un malaise plus subtil... Rubber Johnny - c'est son parti-pris - est très frontal, ouvertement expérimental et anti-narratif au possible. C'est sans doute aussi sa limite. N'être qu'une œuvre "coup de poing" sans doute un peu vaine...

7and7is : les livres

Recherche Sur 7And7Is

Articles Récents

  • Christine, le retour (... de John Carpenter)
    Video directed by John Carpenter. The theme for "Christine" is available as a part of John Carpenter's 'Anthology: Movie Themes 1974-1998,' out October 20 on Sacred Bones Records. Preorder: http://hyperurl.co/Anthology Director: John Carpenter Producer:...
  • Souvenirs de Twin Peaks
    Année scolaire 1990/91. Elle commence par un film, elle finit par une série. Je suis au lycée, en première. Cette année scolaire-là, ça ne trompe pas, je rencontre deux amis qui comptent encore aujourd'hui parmi mes plus chers. Et par ricochet deux autres,...
  • Dans le viseur de John McTiernan
    A cat, a sniper... What could possibly go wrong? Watch the new Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands Live action trailer. Available on March 7th, 2017 on PS4, XBOX ONE and PC Register for the Beta on http://www.ghostrecon.com/betacat and be the first to...
  • La basse de Simon Gallup et autres considérations...
    Quelques souvenirs épars du concert de The Cure à l'Accor Hotel Arena mardi 15 novembre... La basse de Simon Gallup (dont le nom aux sonorités élastiques le définit si bien) qui, sur un Primary nerveux, fait vraiment trembler l’Accor Hotel Arena... Friday...
  • Sur une réouverture...
    Ainsi, on l’a appris ce matin, Sting jouera le 12 novembre, veille de la date-anniversaire que l’on sait, au Bataclan. Sting, c’est bien, c’est un symbole fort, un artiste « populaire », une star, l’ancien leader de... Police (ce qui, ironiquement, devrait...
  • Tim Burton, celui qui se souvient de ses vies antérieures
    À propos de Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton À défaut d’être un grand film (il n’en a pas signé depuis vingt ans, n’en signera sans doute plus), le nouveau Tim Burton est, une fois n’est pas coutume, un objet passionnant, paradoxal,...
  • City Lights de Michel Gondry, Eloge de la candeur
    A propos de City Lights, un clip de Michel Gondry pour The White Stripes Quand on regarde le nouveau clip de Michel Gondry réalisé pour les White Stripes (ou plutôt, pour être juste, pour l’album rétrospectif et acoustique de Jack White, sorti la semaine...
  • Bruce Springsteen & the E Street Band, Accor Hotel Arena, 11/07/2016
    C’est à croire qu’il se passera presque toujours quelque chose d’exceptionnel à un concert de Bruce Springsteen avec le E Street Band, un truc singulier qui fera qu’on s’en souviendra très précisément à chaque fois. En 2003, au Stade de France, c’était...
  • Y retourner...
    Je sais, on ne se parlait plus trop ces derniers temps. Mais hier soir, il faut que je vous dise, je suis retourné à un concert. Un concert sans interruption, sans balles qui claquent et sans odeur de poudre. Et si mes oreilles ont sifflé encore un peu...
  • Les clips en plan-séquence
    A la demande d'Upopi, portail pédagogique de Ciclic (livre, image et culture numérique en région Centre), j'ai écrit et monté un sujet autour du plan-séquence dans le clip. Où les lecteurs habitués de 7and7is retrouveront certaines idées développées par...