Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 20:38

Gentil petit consommateur déjà, le Prisunic de la rue du Poteau était vite devenu ma destination préférée. Le rayon disques plus précisément. Un bien maigre choix très probablement, mais dans mes yeux d’enfant une vraie caverne au trésor. C’était avant que les grands magasins et les enseignes spécialisées m’ouvrent, à quelques stations de métro de là, leurs portes ; un peu avant que certaines bibliothèques parisiennes, celle de la rue Hermel notamment, intègrent à leurs fonds 33 tours et musicassettes. Avant que j’emprunte et copie compulsivement sur cassettes vierges tous ces albums que je découvrais d’un coup (News of the World, Queen Live Killers, putain !). La préhistoire : avant le compact disc, bien avant que nos lieux de perdition préférés – aux rayons disques désormais désertés – se dotent de bornes d’écoute…

Avant cela, donc – entre la coupe du monde de football en Espagne et le championnat d’Europe en France – je descendais régulièrement mes trois étages du 65 rue Marcadet, empruntais la rue Simart, la rue Ordener, traversais la place Jules Joffrin, passais, indifférent, devant la Mairie (sans me douter qu’on y élirai plus tard un maire socialiste), prenais la rue du Poteau enfin. Ses commerçants, son marché, cette rue donc – ma rue ! – combien de fois arpentée !? Avec l’argent de poche, chaque semaine, dans cette enseigne qui n’existe plus (Prisu !), j’allais acheter un (plusieurs ?) 45 tours. Bien dans "les p’tits clous". Une chanson entendue à la radio. Un morceau diffusé dans le Top 50, l’émission-phare d’une chaîne cryptée balbutiante. Milieu des années 80. Début de l’adolescence. Les premiers disques achetés seul. Pas ceux qu’on m’offrait. Ceux que je choisissais. Thriller de Michael Jackson (alors que je n’avais pas encore vu les films Hammer avec Vincent Price), mais aussi des trucs infâmes que la décence et la dignité m’interdisent de nommer.

 

Interlude, Part 1 :

RAF, Self Control – Nick Kershaw, The Riddle – Sting, Russians – Duran Duran, A View to A Kill – Dire Straits, Money for Nothing – Michael Jackson & Paul McCartney, Say Say Say – Phil Collins & Philip Bailey, Easy Lover – George Harrison, Got My Mind Set on You – Rod Stewart, Twistin’ the Night Away – Jean-Jacques Goldman, Quand la musique est bonne – Herbie Hancock, Rockit – Break Machine, Street Dance – Indochine, L’aventurier…

 

Mes premières virées dans les rayons disques… Ce sont surtout les 45 tours qui traînent par chez moi qui en matérialisent le souvenir. Mais, aussi, je regarde avec dédain le môme prendre ce disque de Jean-Luc Lahaye. J’aurais honte si c’était le mien, de môme. Et pourtant c’était moi. Dans ces bacs à vinyles, qui , dans quelques années de musique numérisée, seront relégués au rang de souvenirs pour vieux esthètes mélancoliques, le petit Ska fouillant déjà…

Des 45 tours donc (beaucoup) et parfois des 33 tours. Ceux qui n’étaient pas chers : obscures compilations, invendus bradés (Le testament du rock certes – avec Bill Haley, Fats Domino, Eddie Cochran – mais aussi Plastic Bertrand… oui, j’étais déjà punk, faut croire…).

Acheter mes disques. Vingt cinq ans que ça dure. Et ça n’a fait qu’empirer. Quel goût étrange j’avais alors ! Ces premières galettes n’avaient pas vraiment la saveur du rock indé ou de la pop anglaise. Je ne suis pas de ceux qui peuvent déclarer fièrement que leur premier disque fut un Beatles, un AC/DC, un Velvet… On croisait pourtant dans ma maigre collection de 45 tours le prince de la pop, d’anciens Beatles, un ex Police-Man, le batteur de Genesis, l’ancien chanteur des Small Faces, Bowie dansant dans la rue avec Jagger. Mais sinon…

Des disques en pagaille à la maison, une chaîne hi-fi, mais, apparent paradoxe, des parents pas particulièrement mélomanes, qui auraient aiguillé mon goût. Tout était à faire. À découvrir tout seul. Tant mieux. Souvenir, pourtant, des émissions de variétés à la télé, du choc – partagé par tous ceux de mon âge – de voir le clip de Thriller (on y revient toujours) un samedi soir druckerisé. Puis une grande sœur, quand même, dont l’influence, elle, se manifesterait plus tard, discrètement (à travers la découverte d’Higelin ou de Renaud, cassettes tant et tant écoutées – avec Thriller, l’album ; avec les disques de Philippe Chatel – sur son Walkman à l’arrière de la voiture).

Dans ma chambre, donc – celle sur cour, pas encore celle sur rue – j’écoute surtout des 45 tours, des "singles", dirait-on aujourd’hui. Les albums viendront doucement, un peu plus tard. En 1984, un de mes premiers 33 tours à moi, c’est Un autre monde de Téléphone. Pas si mal, très chouette même, n’en déplaise aux lecteurs éclairés qui viennent de s’étrangler en lisant pareille confession. Oui, pas si mal. Un peu mieux déjà que le double Live au Zénith d’une autoproclamée idole des jeunes déjà vieillissante, album pourtant usé sur mon tourne-disque jusqu’au creux du moindre sillon. Suivront, comme repères majeurs, Morgane de toi, acheté aux Puces de Saint Ouen (déjà !) avec mon père, Brothers in Arms et tant d’autres bientôt, comme Pop Satori ou comme mon premier album de hard rock ( !) dont le single éponyme (The Final Countdown) squatta longuement la première place du Top 50.

Et sinon, ces 45 tours, c’était quoi ? De la variété un peu honteuse, du rock en français (Jesse Garon ou Francis Cabrel, quoi !), des tubes jetables et déjà périmés. Et – ouf ! – quelques rares perles pop qui s’aventurent encore parfois sur ma platine.

 

Interlude, Part 2 :

Bronski Beat, Why ? – Simple Minds, Alive and Kicking – Huey Lewis & the News, The Power of Love – Ray Parker Jr, Ghostbusters – Glenn Frey, The Heat is on – The Belle Stars, Signs of the Times – Irene Cara, What a Feeling – Rod Stewart, Infatuation – Duran Duran, The Reflex

 

On s’en sort pourtant. De tout ça, oui, on s’en sort.

À l’époque – et tandis que je découvrais aussi Springsteen et Queen – je n’avais pas honte d’écouter JJG ou Wham ! Aujourd’hui, même, je revendique complètement une affection durable pour Duran Duran ou A-ha. Quelle est la part, d’ailleurs, dans l’attrait pour ces deux groupes, de mon goût alors naissant pour l’image et pour le cinéma ? Le clip de Take on Me , réalisé par Steve Barron, fut un choc. Ceux de The Reflex, de Wild Boys – réalisés par Russell Mulcahy, faiseur tape-à-l’œil que l’on prendrait ensuite, le temps de deux films (Razorback et Highlander), pour un grand cinéaste – des éblouissements. Alors que je ne savais pas que je passerai les années suivantes à vomir l’esthétique MTV et les eighties.

Mes 45 tours… Toujours là, rangés dans cette boîte à chaussures. Ne jamais m’en défaire. Même des pires. Des madeleines bien sûr, des souvenirs, mais surtout la trace de tâtonnements délicieux, stimulants, constitutifs d’un goût vacillant, à construire peu à peu. Et puis, au pire, les 45 tours, ça fait toujours marrer dans certaines soirées. Ça fait de nous, parfois, des champions du monde de blind-test. Et surtout ça repose du sérieux de l’incorruptible amateur de rock qui trop souvent oublie qu’un jour il eut des goûts de chiottes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ska - dans Songbook
commenter cet article

commentaires

Ska 07/11/2008 18:02

D&D, je l'ai aussi acheté ce 45 tours de Modern Talking... Mais, là, vraiment, c'est typiquement le genre de truc dont je peux me passer. Même la nostalgie ne me permet pas d'y trouver la moindre qualité. À tout prendre, au rayon duo masculin kitsch, je préfère encore sauver Wham !   Par contre, Thriller et Puple Rain comme premiers 33 tours, là, c'est la grande classe...

D&D 07/11/2008 00:55

Bonsoir Ska,Evidemment, j'ai adoré cet article ! Je suis très attaché aux cheminements. Bref, c'est chouette que tu racontes ça, et encore plus, comment tu le racontes...Et puis ça me donne l'espoir que mes goûts musicaux peuvent encore s'améliorer (mes 45 tours ne sont pas si loin de moi dans beaucoup de mes goûts actuels, j'en ai peur...)Pop D&DPS : le premier jour où j'ai eu de l'argent de poche, je me suis payé "You're my heart, You're my soul" que j'avais entendu pour le première fois la veille chez Drucker et dont j'étais dinnnnngue... C'est pas honteux, ça ?...On va dire que ça va mieux depuis, quand même, mais j'y tiens encore :-)Premiers 33 tous : Thriller & Purple Rain, et j'y suis fidèle, surtout Purple Rain...

Mister K 02/11/2008 00:31

"Tina Turner/What’s love got to do with it (et le James Bond qui va avec…)" Je me permet d'avoir un doute : Le James bond avec tina en BO c'est pas "goldeneye" ?...

Ska 16/10/2008 17:16

Les titres cités dans les "interludes", il est vrai que je les assume pour la plupart. Certains, oui, je les aime encore. Bien sûr. Au premier degré. Mais ma mémoire, ici, est sélective. Je n'ai pas parlé des 45 tours vraiment honteux (et il y en a eu, des trucs comme Opus et des bien pires encore). Ma dernière phrase ne vaut pas que pour moi. Elle pointe gentiment une forme de "snobisme" que l'on trouve parfois sur les blogs rock... Justement, je ne renie pas ce qui m'a nourri, ça fait partie de mon apprentissage musical. Et le plus étonnant est de s'apercevoir, rétrospectivement, qu'à un même âge j'aimais autant Springsteen (que je vénère toujours) que Johnny Hallyday (que je déteste aujourd'hui). mais nous avons tous, je pense, des exemples de ce genre de grand écart...Quant à ce que j'écoutais il y a 10 ans, c'est pour une bonne part ce que j'écoute toujours (des albums dont je ne peux me lasser... ou des groupes qui continuent, qui évoluent...). Mais, bon, il y a 10 ans, j'avais déjà 25 ans. On sait mieux, alors, ce qu'on aime, ce qu'on veut écouter, qu'à 11/12 ans... Pour moi, 1998, c'était hier...

dragibus 16/10/2008 16:22

comme A -ha, groupe inconnu à l'époque, put arriver à se faire faire un tel clip qui a dut couter les yeux de la peau des fesses ??quant à avoir des "goûts de chiottes" déjà tu dois encore bcp aimer certains de ces titres et puis c'était des goûts appropriés à une époque (et quelle époque) rien d'affreux là je trouvec'est toujours étonnant de vouloir se démarquer de ce que l'on écoutait avant, surtout dans les 80's. mais rejette t on autant ce que l'on écoutait il y a 10 ans ??

7and7is : les livres

Recherche Sur 7And7Is

Articles Récents

  • Christine, le retour (... de John Carpenter)
    Video directed by John Carpenter. The theme for "Christine" is available as a part of John Carpenter's 'Anthology: Movie Themes 1974-1998,' out October 20 on Sacred Bones Records. Preorder: http://hyperurl.co/Anthology Director: John Carpenter Producer:...
  • Souvenirs de Twin Peaks
    Année scolaire 1990/91. Elle commence par un film, elle finit par une série. Je suis au lycée, en première. Cette année scolaire-là, ça ne trompe pas, je rencontre deux amis qui comptent encore aujourd'hui parmi mes plus chers. Et par ricochet deux autres,...
  • Dans le viseur de John McTiernan
    A cat, a sniper... What could possibly go wrong? Watch the new Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands Live action trailer. Available on March 7th, 2017 on PS4, XBOX ONE and PC Register for the Beta on http://www.ghostrecon.com/betacat and be the first to...
  • La basse de Simon Gallup et autres considérations...
    Quelques souvenirs épars du concert de The Cure à l'Accor Hotel Arena mardi 15 novembre... La basse de Simon Gallup (dont le nom aux sonorités élastiques le définit si bien) qui, sur un Primary nerveux, fait vraiment trembler l’Accor Hotel Arena... Friday...
  • Sur une réouverture...
    Ainsi, on l’a appris ce matin, Sting jouera le 12 novembre, veille de la date-anniversaire que l’on sait, au Bataclan. Sting, c’est bien, c’est un symbole fort, un artiste « populaire », une star, l’ancien leader de... Police (ce qui, ironiquement, devrait...
  • Tim Burton, celui qui se souvient de ses vies antérieures
    À propos de Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton À défaut d’être un grand film (il n’en a pas signé depuis vingt ans, n’en signera sans doute plus), le nouveau Tim Burton est, une fois n’est pas coutume, un objet passionnant, paradoxal,...
  • City Lights de Michel Gondry, Eloge de la candeur
    A propos de City Lights, un clip de Michel Gondry pour The White Stripes Quand on regarde le nouveau clip de Michel Gondry réalisé pour les White Stripes (ou plutôt, pour être juste, pour l’album rétrospectif et acoustique de Jack White, sorti la semaine...
  • Bruce Springsteen & the E Street Band, Accor Hotel Arena, 11/07/2016
    C’est à croire qu’il se passera presque toujours quelque chose d’exceptionnel à un concert de Bruce Springsteen avec le E Street Band, un truc singulier qui fera qu’on s’en souviendra très précisément à chaque fois. En 2003, au Stade de France, c’était...
  • Y retourner...
    Je sais, on ne se parlait plus trop ces derniers temps. Mais hier soir, il faut que je vous dise, je suis retourné à un concert. Un concert sans interruption, sans balles qui claquent et sans odeur de poudre. Et si mes oreilles ont sifflé encore un peu...
  • Les clips en plan-séquence
    A la demande d'Upopi, portail pédagogique de Ciclic (livre, image et culture numérique en région Centre), j'ai écrit et monté un sujet autour du plan-séquence dans le clip. Où les lecteurs habitués de 7and7is retrouveront certaines idées développées par...