Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 20:13


Le lieu portait le nom d’un mauvais album de Madonna. L’Erotika était logiquement situé à Pigalle, pas loin de l’Elysée Montmartre, de la Cigale, entre phosphorescents sex shops et minables échoppes. Déjà touristique, le quartier, sous les néons fluos. Mais bien moins qu’aujourd’hui, aseptisé, safe, nettoyé des filles et des travestis qui alors y faisaient tache…
Thomas, le chanteur de ce groupe de rock alternatif que tu aimais bien, venait de lancer un nouveau projet. Ce groupe, dont l’album avait été produit par le guitariste de FFF, devait jouer ce samedi-là à l’Erotika. Il s’y produisait assez régulièrement, avais-tu cru comprendre. Dans la semaine, parce que tu avais entendu parler d’invitations à récupérer sur radio 102.3, tu étais allé, un midi, chercher deux places pour le concert.


Ce samedi-là, donc, vous débarquiez à l’Erotika. Vous ne vous étiez pas renseignés. Vous ne saviez pas qu’il ne s’agissait pas vraiment d’une salle de concert. Il avait beau être près de minuit, la salle était vide. Les mecs en sapes chics et les nanas apprêtées qui arrivaient peu à peu ne laissaient planer aucune ambiguïté sur la nature du lieu. De toutes façons, peu de gens, à cette heure, étaient là pour le groupe. D'ailleurs, il était patent qu'il n'allait pas jouer tout suite...
Cela faisait un moment que tu n’étais pas rentré dans une discothèque. Une discothèque, vous auriez dû vous en douter. La musique, crois-tu te souvenir, était médiocre. Boire, il n’y avait que ça à faire. Les consos s'additionnaient encore en francs. Les gens dansaient mollement. L’ennui infusait lentement.

Puis vint l’heure du concert. Son dernier show. Mais, ça, tu ne le savais pas encore.
Sa prestation, tu ne t’en rappelles pas vraiment bien. Le groupe, livrant avec fougue son funk-rock en français, s’amusait, c'est sûr. Devant un public majoritairement indifférent, principalement impatient que les instruments dégagent et que le dancefloor s’électrise. Tu sais pourtant, sitôt les amplis éteints, que vous êtes partis. A l’époque, tu aimais bien moins danser qu’aujourd’hui.


Le surlendemain, un entrefilet dans un journal.
Le chanteur était tombé du toit.
Après le concert, il avait entrepris l’escalade de la façade de l’immeuble. Perché une fois de trop.
Et pendant que tu rentrais, que tu te couchais, que tu t’endormais, à seulement quelques centaines de mètres de toi, il avait glissé.

On l’a un peu oublié aujourd’hui. Les disques de ses deux groupes ne traînent sans doute même plus dans les bacs à soldes. Toi, tu aimes bien, pourtant, les réécouter parfois. Des échos, des larsens d'adolescence...
C’est en recherchant il y a peu les accords de La mouche, chanson qu’il avait reprise en guise de clin d’œil avec son premier groupe - le plus connu - que tu avais incidemment repensé à lui, à cette soirée parisienne lointaine et floue, à cette énième tragédie rock à la con…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ska - dans Songbook
commenter cet article

commentaires

maldonado bruno 04/08/2010 00:23



Coucou à tous les gars, j'étais le bassiste de Thomas à cette fameuse soirée, et je suis très touché de lire tous vos commentaires après tant d'années!!! Merci beaucoup. Bruno



Soluble 30/01/2010 20:38


Ce soir là nous étions tous là pour voir toma. Surtout que le vendredi précédent Tomawak avait fini son concert avec un invité surprise : Axel Bauer avec sa guitare. Le groupe remettait cela ce
soir là avec Axel à la six cordes, sa belle en corégraphie, Toma à fond sur son micro pour plus d'une heure de concert avec tout le band dérrière. Un live parfait, un son nikel, précis. Le public
était heureux et nombreux, rien ne laissait présager une fin tragique avant l'aube. Le concert fini, Toma annonce son prochain concert sur le camion Jam Fusion à Odéon à l'occasion de la fête de la
musique la semaine suivante. Nous l'abordons à sa descente de scène avec Axel qui nous confirme sa présence dans le groupe pour le concert du 21 juin. Nous buvons au bar tous ensemble, thoma
disparait dans la loge avec le groupe et ses jolies manageuses. La soirée est cool presque trop magique à la veille de l'été 96. Le live a laissé place au dance floor qui se rempli. L'Erotica est à
la veille de sa fermeture administrative, mais l'Erotica est presque plein ce soir. Tomawak s'y produit depuis plusieurs semaines chaque vendredi soir, des concerts de soutient, des concerts pour
que ce lieu mythic de la nuit parisienne raisonne encore. Toma aimait l'Erotica. Puis le revoila parmis nous, il dance sur la piste au milieu des gens, mais dans un mouvement d'humeur toma eclate
sa bière sur le dance floor, il est furieux. En fait il vient de se prendre la tête avec le boss de la boite sur la recette du soir, un partage pas équitable semble-t'il. Toma veut comme toujours
défier les forces contraires, toma n'a jamais peur de rien, toma escalade la façade de l'immeuble désafecté. Les gens sortent pour le regarder, toma grimpe encore comme il a tant fait sur toutes
les façades de france et de navare, toma est agile mais furieux, toma en veut a la terre entière, à ce monde pourri. Ce monde si bas ne mérite pas toma, cet ange d'amour et de beauté, toma grimpe
toujours mais dérape. La chute est fatale, la foule vient de perdre son héro du soir. Toma aimait tout le monde et tout le monde l'aimait. Il nous laisse un souvenir en video, alors jetez vous sur
http://video.mytaratata.com/video/iLyROoaft-Eh.html, j'ai beau chercher, c'est tout ce que j'ai trouvé mais c'est déjà beaucoup, la mémoire d'une étoile filante.


laurent moy 19/04/2009 15:35

Un bel hommage pour ce chanteur que j'adorais. L'album de Tomawak est vraiment bien avec un gros coup de coeur pour la chanson pourquoi?Meme si la mouche a arrêté de crier, on sera toujours là pour dire que nous aussi on aime les escalators et on les adore!

trice 25/12/2008 03:01

D 14/06/2008 02:35

Moi aussi, cela fait partie de mes lacunes... Mais le texte m'a cueilli... A part un détail qui m'aurait attiré toutes les huées (heureusement que je passe plus tard, les tiennes me suffiront...) : je suis un inconditionnel de Madonna. Et ne me réponds pas  : personne n'est parfait. S'il te plaît :-)

7and7is : les livres

Recherche Sur 7And7Is

Articles Récents

  • Souvenirs de Twin Peaks
    Année scolaire 1990/91. Elle commence par un film, elle finit par une série. Je suis au lycée, en première. Cette année scolaire-là, ça ne trompe pas, je rencontre deux amis qui comptent encore aujourd'hui parmi mes plus chers. Et par ricochet deux autres,...
  • Dans le viseur de John McTiernan
    A cat, a sniper... What could possibly go wrong? Watch the new Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands Live action trailer. Available on March 7th, 2017 on PS4, XBOX ONE and PC Register for the Beta on http://www.ghostrecon.com/betacat and be the first to...
  • La basse de Simon Gallup et autres considérations...
    Quelques souvenirs épars du concert de The Cure à l'Accor Hotel Arena mardi 15 novembre... La basse de Simon Gallup (dont le nom aux sonorités élastiques le définit si bien) qui, sur un Primary nerveux, fait vraiment trembler l’Accor Hotel Arena... Friday...
  • Sur une réouverture...
    Ainsi, on l’a appris ce matin, Sting jouera le 12 novembre, veille de la date-anniversaire que l’on sait, au Bataclan. Sting, c’est bien, c’est un symbole fort, un artiste « populaire », une star, l’ancien leader de... Police (ce qui, ironiquement, devrait...
  • Tim Burton, celui qui se souvient de ses vies antérieures
    À propos de Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton À défaut d’être un grand film (il n’en a pas signé depuis vingt ans, n’en signera sans doute plus), le nouveau Tim Burton est, une fois n’est pas coutume, un objet passionnant, paradoxal,...
  • City Lights de Michel Gondry, Eloge de la candeur
    A propos de City Lights, un clip de Michel Gondry pour The White Stripes Quand on regarde le nouveau clip de Michel Gondry réalisé pour les White Stripes (ou plutôt, pour être juste, pour l’album rétrospectif et acoustique de Jack White, sorti la semaine...
  • Bruce Springsteen & the E Street Band, Accor Hotel Arena, 11/07/2016
    C’est à croire qu’il se passera presque toujours quelque chose d’exceptionnel à un concert de Bruce Springsteen avec le E Street Band, un truc singulier qui fera qu’on s’en souviendra très précisément à chaque fois. En 2003, au Stade de France, c’était...
  • Y retourner...
    Je sais, on ne se parlait plus trop ces derniers temps. Mais hier soir, il faut que je vous dise, je suis retourné à un concert. Un concert sans interruption, sans balles qui claquent et sans odeur de poudre. Et si mes oreilles ont sifflé encore un peu...
  • Les clips en plan-séquence
    A la demande d'Upopi, portail pédagogique de Ciclic (livre, image et culture numérique en région Centre), j'ai écrit et monté un sujet autour du plan-séquence dans le clip. Où les lecteurs habitués de 7and7is retrouveront certaines idées développées par...
  • Shuffle
    Cela pourrait être une face B pour Sillons... Ou une suite.