Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 21:23
 
Il arrive, dans certains films, que l’utilisation de tel ou tel morceau connu vienne se superposer à une séquence, à l’œuvre entière parfois, jusqu’à la vampiriser. Je ne parle pas ici de la pratique de cinéma-jukebox dont un Martin Scorsese était, jusqu’à la caricature, le petit maître et que tant d’autres ont depuis copié. Je ne parle pas non plus de l’utilisation de chansons composées pour le film (dans des comédies musicales ou dans des "biopics" par exemple).
Non, je pense ici aux morceaux préexistants qu’un cinéaste va utiliser en guise d’illustration ou d’évocation.
Plus un film, en effet, sans sa B.O. tendance, sans le sticker sur l’affiche nous précisant qu’il y aura dans la bande-son des morceaux de tel ou tel groupe (cf Paris de Cédric Klapisch – un habitué du scénario-compil depuis Le péril jeune – ou Juno récemment). Le rock et la pop ont, depuis longtemps, infiltré le cinéma comme ils l’ont fait dans la publicité. Ce n’est pas un scoop.
Pourtant. Pourtant, certaines images, certaines séquences, résonneraient différemment sans ces notes, ces mélodies, qui leur sont associées… Récemment, par exemple, Philippe Ramos a fait une bien belle utilisation de morceaux pop dans Capitaine Achab (ici), convoquant Tim Buckley ou Mazzy Star sans que jamais l’anachronisme ne soit exhibé et revendiqué comme le fit la sotte Sofia Coppola pour Marie-Antoinette. Récemment, l’ouverture de La nuit nous appartient de James Gray, au son du Heart of Glass de Blondie, me fit ce genre de forte impression. Mais il existe bien d’autres exemples tout aussi – sinon plus – marquants.
 

 

 
Petite liste subjective ne demandant qu’à être complétée par vos soins
 


- Modern Love de David Bowie dans Mauvais sang de Leos Carax

En matière de mouvement et d’énergie rock, oserais-je dire qu’on n’a jamais fait mieux que cette course éperdue de Denis Lavant ?

 


 

 

- Cambodia de Kim Wilde dans Dans Paris de Christophe Honoré
Mettre un disque, se poser, l’écouter. Geste aussi rare au cinéma qu’il est fréquent dans nos vies. Fétiche du 45 tours, saute du microsillon, dépression du trentenaire ânonnant un spleen adolescent sans cesse revisité. La plus belle scène du cinéma français en 2006 ?

 



 

 

 

- America de Simon & Garfunkel dans Presque célèbre de Cameron Crowe
Mettre un disque, suite. Une ballade sublime pour une fin de séquence fétichiste que tous les amateurs de vinyles et de rock seventies sauront apprécier à sa juste valeur… Quand s'achève cette vidéo, c'est un disque des Who que le garçon posera sur la platine...



 


 

 

- Baba O’Riley des Who dans Summer of Sam de Spike Lee
Mettre un disque, troisième prise. La chanson est utilisée deux fois dans le film, une première fois ici, dans un montage-clip assez putassier, avouons-le, puis, la deuxième fois – de façon beaucoup plus nuancée – pour la mort injuste du punk joué par Adrien Brody.

 

 

 

- Kool Thing de Sonic Youth dans Simple Men de Hal Hartley
"I can’t stand the quiet !"
.
Le riff, off, s’intensifie. Le film s’arrête, pause arbitraire dans la narration. Pourtant, le disque commence. Let’s Dance !




- Tiny Dancer d’Elton John dans Presque célèbre de Cameron Crowe

L’intérêt de cette séquence, c’est de rappeler que, dans les années 70, Elton John composa des chansons fantastiques, mais c’est surtout le glissement s’opérant avec le changement de statut narratif de la chanson. D’abord off – bêtement illustrative – puis bientôt écoutée par les protagonistes dans le car de tournée et débouchant enfin, quand entrent basse et batterie, sur un karaoké jubilatoire.

 


 

 


- Across 110th Street de Bobby Womack dans la sequence d’ouverture de Jackie Brown de Quentin Tarantino
Tarantino pourrait bien évidemment figurer plusieurs fois dans cette liste… Mais ne serait-il pas, comme Scorsese, sur une mauvaise pente, les morceaux rares qu’il déniche désormais devenant ingrédients fades d’une "Tarantino’s Touch" tutoyant son propre académisme ?


 


 

 

- Where is My Mind des Pixies dans la séquence finale de Fight Club de David Fincher
On pense ce qu’on veut du film et de ses ambiguïtés, mais cette irruption de la guitare et du cri de Franck Black sur ces images explosives procure le même genre de frissons que le plan final de Lost Highway de David Lynch syncopé par le I’m Deranged de Bowie …

 

 

- The End des Doors dans la séquence d’ouverture d’Apocalypse Now de Francis Ford Coppola


 
 
 

Bonus Tracks

- Needle in the Hay d’Elliott Smith dans La famille Tenenbaum de Wes Anderson
Séquence mémorable – prophétique ? – dont j’avais déjà parlé ici


Et puis, comme je ne pardonnerai jamais à Stephen Daldry d’avoir popularisé et galvaudé Cosmic Dancer ou Children of the Revolution de T. Rex pour son fade Billy Elliott, une comparaison éloquente entre deux extraits de films pas si éloignés que ça… : ici
et .
Eh ouais, c’est pareil…

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mr J 10/05/2011 20:55



Je ne sais pas si ça rentre dans le cadre de l'article mais cette scène de Disjoncté (un excellent film soit dit en passant) avec Mr Carrey himself au chant :


http://www.youtube.com/watch?v=bZmsudjZF4Y


Puis tiens une autre du même film (ouais ! Du métal sur ton blog !) avec ce morceau de Filter :


http://www.youtube.com/watch?v=d1i4lYD5SPA&feature=related



Mr J 09/05/2011 19:42



http://www.dailymotion.com/video/x72j8s_au-nom-du-pere_shortfilms


 


 



Christophe 08/05/2011 09:50



Billet que j'avais oublié mais pour lequel j'avais quand même des choses à dire dont je ne change pas une virgule.


 


j'en ai même rajouté un peu (et notamment une aération de ce comm qui s'est ratatiné en un gros paquet illisible :o/ ) sur Playlist society qui a eu la bonne idée d'avoir la même idée ^^



Ska 21/03/2008 17:32

Oui ! Don't You Forget About Me ! Un de ces morceaux des années 80 dont je ne me suis jamais lassé !

Frederic 21/03/2008 10:37

Ha ! j'avais raté ce billet jubilatoire !
tant de pistes à revisiter...
(j'oserai même un Breakfast Club en forme de madeleine...)

7and7is : les livres

Recherche Sur 7And7Is

Articles Récents

  • Souvenirs de Twin Peaks
    Année scolaire 1990/91. Elle commence par un film, elle finit par une série. Je suis au lycée, en première. Cette année scolaire-là, ça ne trompe pas, je rencontre deux amis qui comptent encore aujourd'hui parmi mes plus chers. Et par ricochet deux autres,...
  • Dans le viseur de John McTiernan
    A cat, a sniper... What could possibly go wrong? Watch the new Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands Live action trailer. Available on March 7th, 2017 on PS4, XBOX ONE and PC Register for the Beta on http://www.ghostrecon.com/betacat and be the first to...
  • La basse de Simon Gallup et autres considérations...
    Quelques souvenirs épars du concert de The Cure à l'Accor Hotel Arena mardi 15 novembre... La basse de Simon Gallup (dont le nom aux sonorités élastiques le définit si bien) qui, sur un Primary nerveux, fait vraiment trembler l’Accor Hotel Arena... Friday...
  • Sur une réouverture...
    Ainsi, on l’a appris ce matin, Sting jouera le 12 novembre, veille de la date-anniversaire que l’on sait, au Bataclan. Sting, c’est bien, c’est un symbole fort, un artiste « populaire », une star, l’ancien leader de... Police (ce qui, ironiquement, devrait...
  • Tim Burton, celui qui se souvient de ses vies antérieures
    À propos de Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton À défaut d’être un grand film (il n’en a pas signé depuis vingt ans, n’en signera sans doute plus), le nouveau Tim Burton est, une fois n’est pas coutume, un objet passionnant, paradoxal,...
  • City Lights de Michel Gondry, Eloge de la candeur
    A propos de City Lights, un clip de Michel Gondry pour The White Stripes Quand on regarde le nouveau clip de Michel Gondry réalisé pour les White Stripes (ou plutôt, pour être juste, pour l’album rétrospectif et acoustique de Jack White, sorti la semaine...
  • Bruce Springsteen & the E Street Band, Accor Hotel Arena, 11/07/2016
    C’est à croire qu’il se passera presque toujours quelque chose d’exceptionnel à un concert de Bruce Springsteen avec le E Street Band, un truc singulier qui fera qu’on s’en souviendra très précisément à chaque fois. En 2003, au Stade de France, c’était...
  • Y retourner...
    Je sais, on ne se parlait plus trop ces derniers temps. Mais hier soir, il faut que je vous dise, je suis retourné à un concert. Un concert sans interruption, sans balles qui claquent et sans odeur de poudre. Et si mes oreilles ont sifflé encore un peu...
  • Les clips en plan-séquence
    A la demande d'Upopi, portail pédagogique de Ciclic (livre, image et culture numérique en région Centre), j'ai écrit et monté un sujet autour du plan-séquence dans le clip. Où les lecteurs habitués de 7and7is retrouveront certaines idées développées par...
  • Shuffle
    Cela pourrait être une face B pour Sillons... Ou une suite.