Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 11:30
voxpop2.jpg

undefinedAlors, mine, de rien, une excellente revue sur le rock a vu le jour fin 2007. VoxPop, c’est son joli nom, est un bimestriel (ce qui est une bonne chose) et le deuxième numéro est paru ces jours-ci.
On n’y parle presque pas de Pete Doherty ni d’Amy Winehouse (enfin, un peu quand même, mais surtout pour se foutre d’eux) et on y trouve une volonté de se dégager de la course à l’info et au buzz, ce qui est assez reposant pour quelqu’un comme moi qui n’arrive plus à lire les chroniques disques des Inrocks tant elles se ressemblent toutes d’une semaine sur l’autre. Justement, les rédacteurs de VoxPop ne chroniquent les disques que sur leur site et n’encombrent pas la revue papier du feuillet critique réglementaire, tarte à la crème de n’importe quelle parution cinéma ou musique. A l’heure où les blogs, eux-mêmes, démultiplient les points de vue sur un disque, VoxPop affirme, quitte à se couper d’une partie de son lectorat potentiel, que l’essentiel n’est pas là. On s’y concentre au contraire sur les reportages, les portraits, les entretiens fouillés ou les enquêtes insolites. Et cela redonne d’emblée ses lettres de noblesse à la fonction – aujourd’hui un rien galvaudée – de "rock critic". Ce qui n’est pas rien.

Outre une maquette d’une élégance folle et des photos originales souvent très belles, c’est justement dans cet aspect strictement journalistique que VoxPop s’impose en parution incontournable. Dans le premier numéro, je ne sais ce que je préfère entre le reportage sur les Tiny Masters of Today (24 ans à eux deux) égarés dans un festival de snowboard au Portugal, l’article sur la scène pop de Liverpool à travers les âges, ou la visite du quartier de Williamsburg à New York en compagnie d’un membre de TV on the Radio. Sans compter des idées éditoriales décalées mais passionnantes, comme cette enquête improbable sur la guitare à double-manche (n°2), l’entretien avec Dick Rivers au sujet de la jeune scène rock française (n°1) ou le portrait circonspect d’Alizée au moment d’un pseudo virage rock dans le dernier numéro.

Autre point fort, les entretiens. Sûr qu’avec The Liars ou The Coral, les journalistes ont toutes les chances de recueillir des propos intelligents. La tendance se confirme dans le nouveau numéro avec une énième interview – passionnante – de NTM, et surtout, surtout, une longue discussion avec Daniel Darc dont le nouvel album sort le 14 janvier.
En attendant, on l’espère, de les voir aborder – à leur manière – les autres médias rock que peuvent être le cinéma ou la littérature, on se dit que le principal écueil qui guette VoxPop serait de s’enfermer dans un registre chic et parisien, de systématiser plus que de raison les ouvertures vers la mode et l’art contemporain (tendance lourde d’un deuxième numéro un rien décevant) et de devenir la revue rock préférée des bobos lassés des Inrocks.

http://www.voxpopmag.com/webapp/

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Ska - dans A suivre...
commenter cet article

commentaires

L'arpenteur K. 16/01/2008 00:40

Je ne connais pas le Mad d'entre 1988 et 1998 mais je te donne raison.

Ska 15/01/2008 18:26

Le fait est qu'en revue ciné spécialisée dans le fantastique, effectivement, il n'y a que Mad Movies. La différence, pour moi, c'est que je lisais régulièrement Mad Movies entre 1988 et 1998 à peu près. C'était alors une autre équipe qui écrivait. Leur culture du fantastique s'enracinait dans des œuvres antérieures aux années 80, dans une consommation d'un genre alors marginal, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui, avec des rédacteurs sans doute assez jeunes (ce qui n'est pas un défaut en soi, mais qui apparaît très clairement quand on lit leur prose...).C'était aussi une période où il y avait encore des principes esthétiques forts à défendre dans le champ du cinéma de genre, alors qu'aujourd'hui il est patent que la plupart des auteurs du fantastique d'alors sont reconnus comme des auteurs tout court (et c'est tant mieux). Alors, les héros de Mad, c'était des gens comme Cronenberg, Lynch, Carpenter, Raimi, voire des francs-tireurs comme Brian Yuzna. Aujourd'hui, c'est Peter Jackson et Guillermo Del Toro, ce qui - en termes strictement artistique - n'a pas grand chose à voir. À cela s'ajoute leur goût pour un cinéma "mainstream", une absence criante de point de vue politique (un comble pour un genre en soi subversif) alors que le genre brillait plutôt - et c'est toujours le cas - dans les marges. Que penser enfin de leur tendance à encenser des films absolument médiocres, à se chercher des héros français pour le fantastique (ils ont quand même défendu des navets comme Haute tension ou Maléfique) ? Et puis, surtout, comme je le disais plus tôt, je trouve que c'est très mal écrit. Et donc illisible.Mais, bon, c'est vrai, encore une fois, que sur le genre fantastique, aujourd'hui, il n'y a qu'eux (en presse papier tout du moins)...

L'arpenteur K. 15/01/2008 17:35

Concernant Mad Movies, je n'en suis qu'à mon troisième numéro, je découvre encore. Mais je crois déjà déceler que je ne suis pas un fan de Cédric Delelée. Il y a certes une mauvaise foi dans ce mag qui fait plaisir quelque part, même si je suis loin d'être forcément d'accord sur tout. Et si les articles sur les sorties semblent tenir plus de la simple promo que de l'avis critique, celui-ci semble plus présent dans les critiques DVD. Et il a surtout pour lui l'immense avantage d'être le seul titre à traiter du genre à être disponible dans les kiosques de ma campagne auvergnate. Maintenant, si tu as d'autres titres de presse "similaires", et facilement dégotables, je suis preneur. C'est sûr que je ne prends pas le même plaisir à lire Mad que Fantastica (ou Fantastika ?) il y a quelques années et dont je n'arrive pas à trouver la trace même sur le web

Ska 14/01/2008 00:51

L'Arpenteur K ---> En plus, VoxPop, c'est pas cher : 5 euros. Par contre, Mad Movies, c'est devenu une horreur (sans jeu de mots) illisible. Je trouve ce magazine souvent assez beauf et immature aussi. Et avec un paquet de tics insupportables dont le pire est sans doute l'utilisation systématique du terme "métrage" en guise de synonyme pour "film". Bref, un magazine bien à sa place aux toilettes...

L'arpenteur K. 10/01/2008 19:26

Merci pour l'info.Ça a l'air intéressant tout ça.Même s'il faut que je fasse attention avec le budget magazines j'y jetterai un oeil. Parce que Pock&Flock c'est sympa, mais une fois à sa place (aux toilettes quoi), il tient à peine sa semaine. À tel point que j'ai récemment appelé Mad Movies à la rescousse.QXS

7and7is : les livres

Recherche Sur 7And7Is

Articles Récents

  • Souvenirs de Twin Peaks
    Année scolaire 1990/91. Elle commence par un film, elle finit par une série. Je suis au lycée, en première. Cette année scolaire-là, ça ne trompe pas, je rencontre deux amis qui comptent encore aujourd'hui parmi mes plus chers. Et par ricochet deux autres,...
  • Dans le viseur de John McTiernan
    A cat, a sniper... What could possibly go wrong? Watch the new Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands Live action trailer. Available on March 7th, 2017 on PS4, XBOX ONE and PC Register for the Beta on http://www.ghostrecon.com/betacat and be the first to...
  • La basse de Simon Gallup et autres considérations...
    Quelques souvenirs épars du concert de The Cure à l'Accor Hotel Arena mardi 15 novembre... La basse de Simon Gallup (dont le nom aux sonorités élastiques le définit si bien) qui, sur un Primary nerveux, fait vraiment trembler l’Accor Hotel Arena... Friday...
  • Sur une réouverture...
    Ainsi, on l’a appris ce matin, Sting jouera le 12 novembre, veille de la date-anniversaire que l’on sait, au Bataclan. Sting, c’est bien, c’est un symbole fort, un artiste « populaire », une star, l’ancien leader de... Police (ce qui, ironiquement, devrait...
  • Tim Burton, celui qui se souvient de ses vies antérieures
    À propos de Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton À défaut d’être un grand film (il n’en a pas signé depuis vingt ans, n’en signera sans doute plus), le nouveau Tim Burton est, une fois n’est pas coutume, un objet passionnant, paradoxal,...
  • City Lights de Michel Gondry, Eloge de la candeur
    A propos de City Lights, un clip de Michel Gondry pour The White Stripes Quand on regarde le nouveau clip de Michel Gondry réalisé pour les White Stripes (ou plutôt, pour être juste, pour l’album rétrospectif et acoustique de Jack White, sorti la semaine...
  • Bruce Springsteen & the E Street Band, Accor Hotel Arena, 11/07/2016
    C’est à croire qu’il se passera presque toujours quelque chose d’exceptionnel à un concert de Bruce Springsteen avec le E Street Band, un truc singulier qui fera qu’on s’en souviendra très précisément à chaque fois. En 2003, au Stade de France, c’était...
  • Y retourner...
    Je sais, on ne se parlait plus trop ces derniers temps. Mais hier soir, il faut que je vous dise, je suis retourné à un concert. Un concert sans interruption, sans balles qui claquent et sans odeur de poudre. Et si mes oreilles ont sifflé encore un peu...
  • Les clips en plan-séquence
    A la demande d'Upopi, portail pédagogique de Ciclic (livre, image et culture numérique en région Centre), j'ai écrit et monté un sujet autour du plan-séquence dans le clip. Où les lecteurs habitués de 7and7is retrouveront certaines idées développées par...
  • Shuffle
    Cela pourrait être une face B pour Sillons... Ou une suite.