Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 21:20

cronenberg.jpg59696603320070902182117.jpgAutour des Promesses de l'ombre de David Cronenberg

En matière de cinéma, comme pour les disques, il y a des repères. Des repères affectifs souvent. Des films pour lesquels je me souviens précisément où, dans quelle salle et avec qui je les ai vus, j'en collectionne des dizaines.
Janvier 1987 demeurera pour moi le moment où sont sortis La mouche de David Cronenberg et Blue Velvet de David Lynch. Chose impensable aujourd’hui, les deux films furent distribués en France le même jour, le 21 janvier 1987. Tous deux étaient présentés alors au Festival du film fantastique d’Avoriaz. Blue Velvet y obtint d’ailleurs le Grand prix tandis que La mouche remportait le Prix du jury. On ne pouvait rêver plus beau palmarès. A l’époque, le festival d’Avoriaz signifiait beaucoup pour quelqu’un qui avait tout juste le droit d’aller voir en salles des films "interdits aux moins de treize ans".  A l’époque, le cinéma de genre, le cinéma d’horreur particulièrement, était encore à défendre, pas tout à fait récupéré par la critique institutionnelle, malgré quelques tentatives isolées d'Olivier Assayas ou de Charles Tesson dans Les Cahiers du cinéma. Lynch et Cronenberg n’avaient pas encore eu les honneurs du Festival de Cannes et une revue comme Starfix aidait une nouvelle cinéphilie, teintée de rock et de fantastique, à s’épanouir. Vingt ans plus tard, le Festival d’Avoriaz n’existe plus depuis longtemps, il a été remplacé par celui de Gérardmer qui s’avère chaque année de moins en moins décisif, de plus en plus inutile. Quant à Starfix, ce n’est plus qu’un lointain souvenir : certains de ses rédacteurs, tel Christophe Gans ou Nicolas Boukhrief, sont devenus des réalisateurs à l’inégale filmographie (Le convoyeur et Silent Hill pour le meilleur, Le pacte des loups pour le pire), d’autres se complaisent dans une prose post-adolescente souvent rance et réactionnaire (voir les critiques de Christophe Lemaire dans Rock&Folk).

Pour ma part, je me souviens parfaitement du choc que fut la découverte de La mouche dans une salle de cinéma près de l’Opéra, à Paris, un soir de janvier 1987. Ainsi, un film d'horreur pouvait se muer en mélodrame et faire pleurer. Ce fut le premier film de Cronenberg que je vis en salles. Plus tard, je découvrirai ses œuvres antérieures (de Frissons à Vidéodrome en passant Dead Zone) et serai régulièrement bouleversé par ses nouveaux films (particulièrement Le festin nu, M Butterfly et Crash). Mais les temps commençaient à changer et ceux qui étaient jusqu'alors à la marge intégrèrent bientôt l’internationale du cinéma d’auteur. Accueillis désormais à Cannes, Lynch et Cronenberg s’y aventuraient toutefois avec des films extrêmes et passionnants (Twin Peaks, Fire Walk With Me pour le premier, Crash pour le second).

Pourtant, après son adaptation magistrale du roman de J.G. Ballard célébrant les noces de la machine et de la chair, Cronenberg ne cessa de me décevoir. A la fin des années 90, tandis que Lynch s’envolait vers de passionnantes expérimentations narratives (Lost Highway), Cronenberg se mit à hoqueter. Je ne voyais en eXistenZ et en Spider que les nouveaux films d’un auteur par trop soucieux de cette nouvelle considération qu’on lui accordait soudain. Ces deux films-là étaient bien trop conscients d’eux-mêmes et de leurs effets, bien trop raccords avec ce que l’on pouvait attendre du cinéaste canadien. Puis vint le cas de History of Violence, la première collaboration du cinéaste avec Viggo Mortensen. Le film découvert à Cannes m’impressionna d’abord avant, très vite, de révéler sa vacuité. Le détour par le film de commande venait certes bousculer la mécanique ronronnante qu’était devenue le cinéma de Cronenberg, mais, enfin, ce film-là, avouons-le, n’était qu’une mauvaise série B transcendée par une mise en scène à l’épure sèche et fascinante.

Du coup, je ne m’attendais guère au choc que constitua tout à l'heure le visionnage des Promesses de l’ombre, le nouveau film de David Cronenberg. J'y allais sans grand espoir, peu attiré par le sujet, convaincu qu'une fois de plus ce nouvel opus ne saurait égaler le moins bon des grands films du cinéaste (Dead Zone par exemple). J'avais tout faux. De facture assez classique, cette immersion dans le monde des malfrats russes renoue paradoxalement avec le lyrisme que le cinéaste laissait se déployer dans La mouche et dans M Butterfly. L'émotion ne s'était plus frayé son chemin dans un film de Cronenberg depuis bien longtemps.
Il faut à cet égard relever à quel point la musique composée par le fidèle Howard Shore vient à nouveau servir le propos du cinéaste. Au tranchant glacé des guitares déshumanisant le monde sans émotions de Crash succède ici une bande originale au lyrisme bouleversant. L'écart entre ce nouveau film et History of Violence n'en est que plus flagrant. Là où History of Violence était malin, narquois et maîtrisé, Les promesses de l'ombre nous présente un cinéaste bien décidé à nouveau à prendre des risques. A nouveau, Cronenberg excelle à déjouer les attentes, à cueillir l'émotion là où on ne l'aurait jamais attendue (voir le personnage joué par Vincent Cassel). Sous les codes du film noir, Les promesses de l’ombre s’impose ainsi en sombre mélodrame, un peu comme le nouveau film de James Gray, La nuit nous appartient, à l’affiche fin novembre. Il est d'ailleurs étonnant de constater que la mafia russe – basée à New York cette fois-ci – est également au cœur du somptueux film tragique de Gray. Histoires d'infiltrations, de trahisons, de fratries, les deux films n'ont pas fini de résonner l'un avec l'autre. Après les détours de David Lynch dans la Pologne de Inland Empire, l’Est s’impose clairement comme le nouveau pôle de fascination des cinéastes nord-américains.
1987 : La Mouche et Blue Velvet. 2007 : Inland Empire et Les promesses de l’ombre. Que nous réserve donc 2027 ?



NB : Les promesses de l'ombre, je l'ai vu tout à l'heure au cinéma Georges Méliès de Montreuil dans une salle comble. Ce cinéma municipal à la programmation art et essai revendiquée et de qualité a un projet d'extension et est du coup attaqué par UGC et mk2 pour "concurrence déloyale". C'est le monde à l'envers. C'est surtout le signal - auquel il va malheureusement falloir s'habituer - d'une attaque frontale contre la notion de service public de la culture, contre les salles art et essai et les aides publiques dont elles bénéficient. Précisions et pétition de soutien au Méliès ici : http://rencartaumelies.fr/petition.php

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ska 30/12/2007 12:39

Dragibus, c'est peut-être justement parce que ce film est un peu plus "impersonnel" qu'il me plait tant. Si tu lis bien mon article, je dis précisément que j'en avais un peu marre ces derniers temps du statut de "super-auteur" de Cronenberg. Les faveurs de la critique à son endroit remontent à bien plus loin que A History of Violence. Ce qui m'interroge plus, par contre, c'est la volonté de faire rentrer à tout prix ce dernier opus dans des grilles d'analyse qui ne se prêtent plus tant à ce que fait Cronenberg aujourd'hui. Au contraire de Lynch qui ne cesse de creuser le même sillon, Cronenberg, de film en film, s'éloigne de plus en plus des films qui le firent connaître et d'obsessions qui revenaient toujours d'un film à l'autre.Quant à la comparaison avec Scorsese, je ne vois pas trop car si l'on veut vraiment parler d'un metteur en scène romanesque et ample c'est plutôt Coppola qu'il faut convoquer. A l'inverse, le film de Cronenberg est effectivement très sec, dénué d'afféteries formelles (pour moi, un défaut que l'on retrouve souvent chez Scorsese par exemple). Mais tout cela est très subjectif évidemment puisque j'ai été pour ma part plutôt ému par la scène de sauvetage (du bébé ou de Vincent Cassel d'ailleurs, on ne sait plus trop...)

dragibus 28/12/2007 14:14

Si un autre cinéaste avait réalisé ce film assez impersonnel je trouve personne n'aurait crié au génie comme ici, mais depuis History of violance Cronenberg a acquis (comme Lynch) une stature il est inattaquable
Et pourtant Cronenberg dépeint là une bande de malfrats, mais là où Scorcese joue la carte de l'ambition toutsemble ici étriqué J'ai eu bcp de mal à m'intéresser à ce méchant grad père russe et à son fils débile et alcoolique, la scène du sauvetage du bébé n'est même pas émouvante
Bref le grand vide

G.T. 16/11/2007 23:14

Je viens enfin de le voir... et ce nouveau Cronenberg ne fera pas exception à la règle, je l'ai trouvé formidable. Pour la mise en scène, les personnages, les acteurs, la musique que j'ai - comme toi - trouvé très bien sentie, l'histoire, l'ambiance... bref, à peu près tout. Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu en dis, sauf... que je trouve History of Violence plus "surprenant". C'est une impression, je n'ai vu History of Violence qu'une fois, à sa sortie, donc j'aurai un peu de mal à comparer et argumenter, mais j'ai l'impression qu'en sortant de la salle après History... j'ai été plus étonné que je ne l'ai été en sortant des Promesses... Mais si les Promesses... m'a moins étonné, il m'a vraiment captivé...J'aime bien ta conclusion sur 87 et 2007, mais j'espère qu'on n'aura pas à attendre 2027 pour voir deux Cronenberg et Lynch de ce niveau... ;-)) 

Ska 14/11/2007 18:03

Thom, nos commentaires se sont croisés. Bien d'accord avec toi sur Spider. Crash, je le tiens pour le chef-d'œuvre de Cronenberg (avec La mouche). Et ce que je reproche à eXistenZ, c'est justement de ne dire rien de plus que Videodrome (et de le dire beaucoup plus mal). Quant à HOV, peut-être faudrait-il que je le revoie... Mais je pense que le passage grotesque avec William Hurt va encore me gacher le film...

Ska 14/11/2007 17:57

Je suis bien content de vous donner envie de voir ce film ou de partager à nouveau avec certains leur enthousiasme pour ce cinéaste.Ceci dit, la "politique des auteurs", c'est formidable mais c'est aussi parfois un peu pénible. Et je m'en rend particulièrement compte à la lecture des critiques des Promesses de l'ombre. J'avoue que pour ma part je relie assez difficilement ce film-ci au reste de la filmographie de Cronenberg. Formellement, on s'y retrouve, mais thématiquement pas tant que ça. Il y a bien quelques éclats gores - comme des repères - mais ce n'est pas là que réside l'identité de Cronenberg. Ce sont des leurres, des choses dont le film aurait pu se passer sans être pour autant foncièrement différent...Du coup, les différentes tentatives pour relier Les promesses de l'ombre aux thématiques "cronenbergiennes" en évoquant notamment le corps tatoué de Viggo Mortensen dans le film ne me convainquent pas vraiment. C'est comme si on plaquait une grille de lecture sur ce film, qui réellement échappe à ce à quoi nous avait habitué son auteur.En cela, la carrière de Cronenberg est très différente de celle de Lynch. L'un semble creuser ses obsessions tandis que l'autre finit - enfin ! - par s'en éloigner. Comme s'il avait compris que sur le sujet du corps, de la machine et du virtuel, il ne pouvait faire plus définitif que Crash...A sa sortie, on a beaucoup présenté History of Violence, œuvre du renouveau, comme un film de commande assumé. Comme pour dire qu'il y avait du nouveau chez Cronenberg, un retour au classicisme et à l'humilité. C'est vrai mais ce n'était pas le premier film de commande du cinéaste (La mouche et Dead Zone en étaient déjà) et j'avoue le préférer quand il est prétentieux au point de prétendre adapter l'inadaptable (Burroughs ou Ballard). Il est assez évident que History of Violence et Les promesses de l'ombre sont aujourd'hui envisagés à l'aune du statut de super-auteur de Cronenberg. Le point de vue porté sur ces deux films me paraît très brouillé d'emblée. Pas sûr que si l'on n'avait pas en tête tout le passif du cinéaste on les appréhenderait de la même façon. C'est une évidence de dire cela (on ne peut faire abstraction de la carrière d'un cinéaste) mais cela me paraît particulièrement vrai sur ce film-là. Lynch, à l'inverse, on ne le voit guère aujourd'hui revenir à la commande (comme au temps de Elephant Man ou de Dune). Du coup, certains fans commencent à le lâcher (voir l'accueil somme toute mitigé d'Inland Empire).Même si Lynch m'ennuya prodigieusement avec Une histoire vraie, il m'intéresse beaucoup plus que Cronenberg aujourd'hui. Toutefois, en constatant à quel point, loin de ses ancrages habituels, le cinéaste de Toronto vient de réussir à bouleverser son système, je me dis qu'il pourrait redevenir passionnant, si seulement il mettait une bonne fois pour toutes en veilleuse le second degré (qui gachait en partie History of Violence) et la trop grande conscience de soi. J'attends son prochain film pour m'en convaincre vraiment. Sans y croire vraiment...

7and7is : les livres

Recherche Sur 7And7Is

Articles Récents

  • Christine, le retour (... de John Carpenter)
    Video directed by John Carpenter. The theme for "Christine" is available as a part of John Carpenter's 'Anthology: Movie Themes 1974-1998,' out October 20 on Sacred Bones Records. Preorder: http://hyperurl.co/Anthology Director: John Carpenter Producer:...
  • Souvenirs de Twin Peaks
    Année scolaire 1990/91. Elle commence par un film, elle finit par une série. Je suis au lycée, en première. Cette année scolaire-là, ça ne trompe pas, je rencontre deux amis qui comptent encore aujourd'hui parmi mes plus chers. Et par ricochet deux autres,...
  • Dans le viseur de John McTiernan
    A cat, a sniper... What could possibly go wrong? Watch the new Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands Live action trailer. Available on March 7th, 2017 on PS4, XBOX ONE and PC Register for the Beta on http://www.ghostrecon.com/betacat and be the first to...
  • La basse de Simon Gallup et autres considérations...
    Quelques souvenirs épars du concert de The Cure à l'Accor Hotel Arena mardi 15 novembre... La basse de Simon Gallup (dont le nom aux sonorités élastiques le définit si bien) qui, sur un Primary nerveux, fait vraiment trembler l’Accor Hotel Arena... Friday...
  • Sur une réouverture...
    Ainsi, on l’a appris ce matin, Sting jouera le 12 novembre, veille de la date-anniversaire que l’on sait, au Bataclan. Sting, c’est bien, c’est un symbole fort, un artiste « populaire », une star, l’ancien leader de... Police (ce qui, ironiquement, devrait...
  • Tim Burton, celui qui se souvient de ses vies antérieures
    À propos de Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton À défaut d’être un grand film (il n’en a pas signé depuis vingt ans, n’en signera sans doute plus), le nouveau Tim Burton est, une fois n’est pas coutume, un objet passionnant, paradoxal,...
  • City Lights de Michel Gondry, Eloge de la candeur
    A propos de City Lights, un clip de Michel Gondry pour The White Stripes Quand on regarde le nouveau clip de Michel Gondry réalisé pour les White Stripes (ou plutôt, pour être juste, pour l’album rétrospectif et acoustique de Jack White, sorti la semaine...
  • Bruce Springsteen & the E Street Band, Accor Hotel Arena, 11/07/2016
    C’est à croire qu’il se passera presque toujours quelque chose d’exceptionnel à un concert de Bruce Springsteen avec le E Street Band, un truc singulier qui fera qu’on s’en souviendra très précisément à chaque fois. En 2003, au Stade de France, c’était...
  • Y retourner...
    Je sais, on ne se parlait plus trop ces derniers temps. Mais hier soir, il faut que je vous dise, je suis retourné à un concert. Un concert sans interruption, sans balles qui claquent et sans odeur de poudre. Et si mes oreilles ont sifflé encore un peu...
  • Les clips en plan-séquence
    A la demande d'Upopi, portail pédagogique de Ciclic (livre, image et culture numérique en région Centre), j'ai écrit et monté un sujet autour du plan-séquence dans le clip. Où les lecteurs habitués de 7and7is retrouveront certaines idées développées par...