Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 23:07

"T'es rock, coco"
(Léo Ferré)


Retourner à la Fête de l’Humanité en 2007, c’était en partie pour profiter d’une programmation musicale ayant réfréné les dérapages "variétés" de l’an dernier (Benabar, Raphaël, Cali, Diam’s) pour une orientation plus rock (peut-être parce que c’est à la mode ?). C’était aussi hautement thérapeutique, une manière de se retrouver dans une sorte de bulle ensoleillée où on pouvait se rassembler avec celles et ceux que l’on n’entend plus et dont on voudrait nous faire croire qu’ils se sont tus, accablés par les cotes de satisfaction invariablement positives dont les bombardent les médias hypnotisés.

C’était bien. Les nuages ne vinrent même pas assombrir un ciel dont nous n’oubliâmes pas que son bleu UMP venait nous narguer jusque sur nos terres de renégats. Pour réagir enfin, pour sortir la gauche de cette anesthésie qui a mal tourné, il s’y est même dit – de la bouche des leaders de quatre partis d’opposition – des choses plutôt intéressantes samedi après-midi. Reste à savoir si un mouvement unitaire en sortira. Pas sûr. Et pas forcément souhaitable. Mais le rendez-vous est donné dans la rue. C’est déjà ça de pris.


Et la musique dans tout ça ? Parce qu’il faut bien le reconnaître, les jeunes qui se rendent à La Courneuve pour la Fête de l’Huma viennent surtout pour les concerts… Et pour picoler aussi… Festivals de trognes, de tatouages, de piercings, de démarches titubantes et d’à peu près corporels, c’est aussi ça la Fête de l’Huma… Et puis des stands ou manger (et boire) des choses exquises... Des contradictions à la pelle également : cette année, on n’a pas eu droit à TF1 en sponsor, mais il y eut par exemple ce militant arborant un tee-shirt Johnny Hallyday, qui raviva le souvenir de Miossec chantant ici-même il y a quelques années La fille à qui je pense de l’ex-idole des jeunes. Quoi d’autre ? Le bonheur des navettes à récupérer le soir… L’internationale et Le chant des partisans braillés à tue-tête dans le bus bondé… Et puis surtout ce plaisir de voir des générations différentes élancées dans un même combat, cette sexagénaire se prenant, dans le car, à chanter Bella Ciao à pleine voix après avoir longuement hésité, regardant d’abord perplexe puis amusée ces jeunes gens entonnant des chants révolutionnaires dont ils ne mesuraient pas forcément la portée.
 
La fête de l’Huma fut donc rock, cette année, placée sous le signe de l’iguane, puisque Iggy Pop et ses sbires viendraient - c'était annoncé - enflammer le parc de La Courneuve le samedi soir à 22 heures. C’est un bondissant Philippe Manœuvre, excité comme une puce, qui vint présenter les Stooges. Nous étions 80 000 nous dirent les organisateurs. Presque autant à sauter en tous sens ? Combien, comme moi, se dirent que Funhouse était joué juste pour eux ? Combien songèrent, blasés, que si tous ces jeunots s’excitait sur I Wanna Be Your Dog, c’était parce qu’ils y reconnaissaient la musique d’une publicité maline pour un opérateur téléphonique ? Combien pensèrent à Ewan McGregor dans un beau film de Todd Haynes quand résonna le cri primal ouvrant TV Eye ? Mais il y eut aussi ceux qui sifflèrent bêtement l’absence de rappel. Et cette adolescente se la jouant revenue de tout qui s’indignait que les Stooges n’aient pas joué Search and Destroy. Ne savait-elle donc pas que Ron Asheton refuse dorénavant de gratifier le public du moindre titre de l’album Raw Power, celui où il fut relégué à la basse et où James Williamson lui piqua sa place de guitariste ? Nulle occurrence du troisième album donc et rien non plus de l’indigne The Weirdness paru en ce début d'année. Ouf !

Quelques heures plus tôt, je comprenais enfin pourquoi toutes les filles sont amoureuses de Johnny Borrell. Torse nu dans son pantalon moulant blanc, le chanteur à bouclettes de Razorlight évoquait  justement un mix plutôt réussi entre un Iggy Pop light et un Roger Daltrey sans alcool. Avec, en plus, ce petit côté "glam" qui fit du concert des gentils Razorlight un moment plutôt agréable.

PICT0137.JPG
La veille, c’était moins rock. Grand corps malade sur la grande scène et cette vilaine théorie qui me vint en découvrant ses textes : Et s’il plaisait tant parce que ses jeux de mots ne sont pas trop difficiles à comprendre, parce qu’il enfonce des portes ouvertes à grands coups de clichés (!!!) et parce que tout un chacun peut se dire qu’il est capable d'en faire autant (ce qui, toutefois, reste à démontrer). Après lui, le John Butler Trio fut encore une fois formidable, funky en diable, prouvant à quel point le trio australien s’impose aujourd’hui en groupe "mainstream" idéal.

PICT0017.JPG

 
A la Fête de l'Huma, le rock en français fut aussi dignement représenté avec Mademoiselle K, très bien sur scène. Son succès rassure quant au bon goût d’ados qui voient heureusement plus loin que Superbus. Puis il y eut Luke, groupe aimé par ici, je dois le dire. Pourtant, il y a un truc qui cloche avec la formation de Thomas Boulard. Peut-être est-ce cette difficulté à s’affranchir de certaines facilités (le récent Je suis Cuba), l’influence trop évidente (et si lourde à porter) de Noir Désir, une écriture estampillée "révoltée" rappelant parfois... Téléphone. En les entendant attaquer le concert par un Soledad rageur, comment ne pas penser à ce morceau des Fatals Picards joué la veille sur la scène Zebrock où le groupe de rigolos entonnait "oui, moi, je chante en espagnol" afin de brocarder les groupes "engagés" ? Malgré ces petits défauts, Luke, je le répète, c’est vraiment bien. Et La tête en arrière m’a efficacement accompagné cet été quand j’ai repeint mon entrée. Et puis à voir la ruée vers la fosse au moment où ils attaquèrent les premières notes de La sentinelle, on se dit que Luke est bien parti pour marquer durablement le paysage musical français et on ne s’en plaindra pas. Un regret : l’absence, hier, de morceaux de leur premier album, celui dont les textes me paraissent paradoxalement être les plus matures.

PICT0049-bis.jpgPICT0094.JPG


Reste que, moi, pour y revenir, si j’avais fait partie des Fatals Picards, eh bien, je n’aurais pas chanté Mon père était tellement de gauche vendredi soir. Trop triste en ce contexte. Déplacé même. Alors que tout à l’heure, quand Renaud, au rappel, a balancé Hexagone, ça m’a filé des frissons. Ben oui, je suis allé voir Renaud. Je sais, c’est mal. Mais bon, j’ai l’âge d’avoir porté des bandanas et des badges "Touche pas à mon pôte" dans les années 80. La nostalgie, camarade… Et puis il a chanté plein de vieux trucs chouettes que la foule reprenait en cœur. Dont une chanson de marin avec des "Tatata" dedans qu’il est toujours revigorant d’entendre. Certes, pour en arriver là, il fallut supporter des nouvelles chansons merdiques, un tube post-11 septembre absolument horripilant et des arrangements assez pourris. Surtout, ça m’a permis de constater que des morceaux aimés il y a quinze ou vingt ans ne passent plus trop. Je vieillis donc moi aussi… A cause de Renaud, je n’ai même pas été voir Fancy qui jouait à la même heure sur une autre scène. Fancy, ce fut pourtant le choc de Rock en Seine l’an dernier. Tant pis pour cette fois, j’irai les revoir à la Boule noire en octobre.


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ska - dans Instantanés
commenter cet article

commentaires

Ska 15/10/2007 00:48

Oui, j'avais en effet lu ton compte-rendu, la première fois où j'étais passé sur ton blog... Bon, la présentation de Manoeuvre, c'était trois fois rien. Sans intérêt en fait. Pas comme son vieux complice Jean-Pierre Dionnet qui, quand il présente des films au hasard des festivals de cinéma, est souvent passionnant... Mais forcément, présenter un film devant quelques centaines de personnes et annoncer les "fucking Stooges" devant 80 000 personnes piaffant d'impatience, ce n'est pas vraiment le même exercice...

Miléna 14/10/2007 22:22

J'adore cette chronique (même si perso je n'aime pas Mlle KK, ni Luke)! J'y étais donc moi aussi, j'ai aussi fait une chronique sur mon blog, je ne sais pas si tu as vu... En plus j'apprend que Philippe Manoeuvre a présenté les Stooges, je ne le savais guère car j'ai râté le début.Johnny Clegg était pas mal du tout aussi !

Ska 20/09/2007 12:28

Et en plus tu débordes sur les autres commentaires...Formidable...

Ska 20/09/2007 12:26

Admettons...

Cactus photographe à mateurs 20/09/2007 09:04

ok c'est la dernière fois ; juste ceci , plus " conseillé " pour ici , non ?

7and7is : les livres

Recherche Sur 7And7Is

Articles Récents

  • Christine, le retour (... de John Carpenter)
    Video directed by John Carpenter. The theme for "Christine" is available as a part of John Carpenter's 'Anthology: Movie Themes 1974-1998,' out October 20 on Sacred Bones Records. Preorder: http://hyperurl.co/Anthology Director: John Carpenter Producer:...
  • Souvenirs de Twin Peaks
    Année scolaire 1990/91. Elle commence par un film, elle finit par une série. Je suis au lycée, en première. Cette année scolaire-là, ça ne trompe pas, je rencontre deux amis qui comptent encore aujourd'hui parmi mes plus chers. Et par ricochet deux autres,...
  • Dans le viseur de John McTiernan
    A cat, a sniper... What could possibly go wrong? Watch the new Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands Live action trailer. Available on March 7th, 2017 on PS4, XBOX ONE and PC Register for the Beta on http://www.ghostrecon.com/betacat and be the first to...
  • La basse de Simon Gallup et autres considérations...
    Quelques souvenirs épars du concert de The Cure à l'Accor Hotel Arena mardi 15 novembre... La basse de Simon Gallup (dont le nom aux sonorités élastiques le définit si bien) qui, sur un Primary nerveux, fait vraiment trembler l’Accor Hotel Arena... Friday...
  • Sur une réouverture...
    Ainsi, on l’a appris ce matin, Sting jouera le 12 novembre, veille de la date-anniversaire que l’on sait, au Bataclan. Sting, c’est bien, c’est un symbole fort, un artiste « populaire », une star, l’ancien leader de... Police (ce qui, ironiquement, devrait...
  • Tim Burton, celui qui se souvient de ses vies antérieures
    À propos de Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton À défaut d’être un grand film (il n’en a pas signé depuis vingt ans, n’en signera sans doute plus), le nouveau Tim Burton est, une fois n’est pas coutume, un objet passionnant, paradoxal,...
  • City Lights de Michel Gondry, Eloge de la candeur
    A propos de City Lights, un clip de Michel Gondry pour The White Stripes Quand on regarde le nouveau clip de Michel Gondry réalisé pour les White Stripes (ou plutôt, pour être juste, pour l’album rétrospectif et acoustique de Jack White, sorti la semaine...
  • Bruce Springsteen & the E Street Band, Accor Hotel Arena, 11/07/2016
    C’est à croire qu’il se passera presque toujours quelque chose d’exceptionnel à un concert de Bruce Springsteen avec le E Street Band, un truc singulier qui fera qu’on s’en souviendra très précisément à chaque fois. En 2003, au Stade de France, c’était...
  • Y retourner...
    Je sais, on ne se parlait plus trop ces derniers temps. Mais hier soir, il faut que je vous dise, je suis retourné à un concert. Un concert sans interruption, sans balles qui claquent et sans odeur de poudre. Et si mes oreilles ont sifflé encore un peu...
  • Les clips en plan-séquence
    A la demande d'Upopi, portail pédagogique de Ciclic (livre, image et culture numérique en région Centre), j'ai écrit et monté un sujet autour du plan-séquence dans le clip. Où les lecteurs habitués de 7and7is retrouveront certaines idées développées par...